De nouveaux fans pour Jonathan Roy

Jonathan Roy était à Festirame après avoir assuré... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Jonathan Roy était à Festirame après avoir assuré la première partie des Backstreet Boys, au Festival d'été de Québec.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Roy ne s'est pas présenté devant une foule conquise d'avance, mardi, à Festirame. Les 3200 spectateurs présents ont été difficiles à amadouer, mais au fil des chansons, ils n'ont pu que constater l'évidence : Jonathan Roy a du talent... et semble même sympathique !

Le premier succès sur YouTube de Jonathan Roy, les Saguenéens et les Jeannois s'en rappellent. Il a été tourné un soir de mars 2008 à Chicoutimi. En anglais, ils diraient « Featuring Bobby Nadeau ». En français, on se contentera de mentionner que le fils de Patrick Roy ne semblait pas voué à une brillante carrière, à ce moment.

Mais bien de l'eau a coulé sous les ponts depuis. Tellement d'eau que le gardien de but est devenu chanteur. Et pas n'importe quel chanteur. Un chanteur qui a fait la première partie des Backstreet Boys, dimanche, au Festival d'été de Québec. Un chanteur qui a reçu la certification Or pour sa chanson Daniella Danemark et qui a maintenant comme mentor un certain Corey Hart. Un chanteur, même, qui a signé avec Atlantic Records, la même compagnie de disques que Bruno Mars, Coldplay, David Ghetta et Ed Sheeran.

Néanmoins, les Almatois n'avaient visiblement qu'une vague connaissance du répertoire de Jonathan Roy avant sa prestation de mardi. En début de spectacle, lorsqu'il leur tendait le micro afin qu'ils chantent les paroles de ses chansons, c'était le silence radio, ou presque. Condamné à chanter seul, Jonathan Roy s'est cependant drôlement bien tiré d'affaire.

C'est lorsqu'il a entonné les premières notes de On leur a fait croire d'Alex Nevsky que l'assistance a vraiment réagit. Il a par la suite enchaîné avec du Prince, avant de revenir avec ses propres chansons tirées surtout de son dernier album, Mr Optimist Blues. Il faut dire que lui-même demande au public de ne pas écouter ses trois premiers albums, tous lancés immédiatement après la fin de sa carrière de hockeyeur, au début de la vingtaine.

Mardi, New Shoes, Beautiful Day et Good Things ont particulièrement semblé plaire aux Jeannois, mais c'est vraiment Daniella Danemark - qu'il a faite avant de quitter la scène - qui a permis de voir un public almatois plus vivant.

King Melrose devait monter sur la scène de Festirame quelques minutes après Jonathan Roy, mais heure de tombée oblige, la journaliste du Quotidien n'a pas assister à sa prestation. Mercredi, c'est l'humoriste Philippe Bond qui foulera les planches de Festirame.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer