Baptême réussi pour La Noce

L'événement a su attirer un achalandage enviable pour... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

L'événement a su attirer un achalandage enviable pour une première édition.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Il y a eu de la musique. Il y a eu du soleil. Et, surtout, il y a eu de l'amour. La Noce, qui avait lieu samedi sur la Zone portuaire de Chicoutimi, aura connu un succès enviable pour une toute première édition. Et les noces de coton seront célébrées l'an prochain, puisque le festival sera de retour pour une deuxième année.

Un total de 28 mariages (non reconnus) ont... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Un total de 28 mariages (non reconnus) ont été célébrés dans le cadre de La Noce.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

L'événement débutait à 13 h, au Vieux-Port de Chicoutimi. À partir de cette heure, les festivaliers ont eu droit à un feu roulant de spectacles et d'activités. Il faut dire que l'organisation avait réussi à monter une programmation qui avait de quoi faire rougir certains événements déjà bien établis.

Gazoline, Mordicus, les Hôtesses d'Hilaire, Philippe Brach (qui agissait d'ailleurs à titre de porte-parole de l'événement) et Klô Pelgag, pour ne nommer que ceux-là, auront foulé les planches de la grande scène au cours de la journée et de la soirée. 

Mais La Noce ne se voulait pas uniquement un rendez-vous musical. Les amoureux ont également pu unir leur destinée, en se disant « oui, je le veux » devant le petit autel aménagé sur les terrains du Vieux-Port. En tout, ce sont 28 mariages qui ont été célébrés au cours de la soirée. Pour la modique somme de 10 $, les tourtereaux pouvaient se marier et repartir avec deux alliances et une couronne de fleurs. Précisons toutefois que malgré la signature d'un registre, les mariages ne sont pas légaux, ce qui fait en sorte que ceux et celles qui sont tombés amoureux sur un coup de tête n'ont pas eu à le regretter le lendemain matin... 

« On est vraiment content. Nous avions un horaire un peu risqué, puisqu'il était assez chargé. Mais tout s'est super bien passé. Nous allons bientôt confirmer des dates pour l'an prochain. Lorsqu'on a lancé La Noce, c'était vraiment pour établir cet événement. Ce n'était pas seulement pour une seule édition », a expliqué l'organisateur Éric Harvey, lors d'une entrevue accordée au Quotidien. 

L'événement pourrait également se tenir sur deux jours plutôt qu'un seul dès l'an prochain. Et l'organisation prévoit utiliser plusieurs sites de Chicoutimi.

Les amoureux ont pu unir leur destinée, puisque... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Les amoureux ont pu unir leur destinée, puisque des mariages étaient célébrés au cours de la soirée.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Joël Martel a fait danser et chanter les... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.1

Agrandir

Joël Martel a fait danser et chanter les spectateurs sur les rythmes de ses plus grands succès, comme Les Bibittes, Ferme ta gueule et La Toune de l'été. Il était fort bien accompagné par son fils Charles, qui prenait soin que son père ne manque de rien

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Martel Solo en duo

L'indescriptible Joël Martel aura sans doute été l'une des révélations de l'événement, lorsque la foule s'est massée devant la petite scène sur laquelle il prenait place sur le coup de 17 h 15. Alors que beaucoup de spectateurs connaissaient les paroles du coloré personnage par coeur, d'autres, un peu en retrait, regardaient, curieux, ce qui se déroulait devant leurs yeux. Après une demi-heure de spectacle, lorsque Joël Martel a remercié le public, le musicien a donné une bonne petite frousse à ses admirateurs, qui n'avaient pas encore eu la chance de danser sur le dernier succès de l'artiste. Mais l'Almatois gardait évidemment La Toune de l'été en guise de dessert. Dès les premières notes, le public s'est préparé à faire la petite chorégraphie, les doigts dans les airs. 

Joël Martel était fort bien accompagné sur scène, avec son comparse Pascal « TJ Boca » Beaulieu, et sans oublier son fils Charles, qui prenait bien soin que son père ne manque de rien, lui attachant à de nombreuses reprises le foulard qu'il avait au cou. Le festival La Noce aura également réussi à attirer un public de tous les âges. Enfants, adolescents, jeunes adultes et personnes âgées s'étaient donné rendez-vous au cours de la journée. Attendons maintenant l'an prochain pour voir si la lune de miel se poursuivra.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer