Tapis rouge à la maison

Émile Gaudreault, scénariste et producteur, Julie Le Breton... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Émile Gaudreault, scénariste et producteur, Julie Le Breton et Michel Côté, acteurs, de même que Denise Robert, productrice, ont présenté De père en flic 2 au public de la région en avant-première mardi.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Huit ans après De père en flic, Émile Gaudreault ramène le duo père-fils formé de Michel Côté et Louis-José Houde à l'écran. Le scénariste n'avait jamais réellement envisagé de tourner une suite au long métrage qui a connu un immense succès en 2009, mais lorsqu'il a eu l'idée d'un « bootcamp » pour couples qui éprouvent des difficultés, les deux personnages sont rapidement réapparus dans son esprit.

De père en flic 2 apparaîtra sur les écrans du Québec le 13 juillet. Mardi, certains des artisans du film étaient de passage à Chicoutimi et Alma pour le présenter en avant-première.

Du nombre, Émile Gaudreault, scénariste et producteur originaire d'Alma, était particulièrement heureux de pouvoir prendre le pouls du public.

Émile Gaudreault est un perfectionniste. Il y a moins de deux semaines, il a retouché le film qui était terminé pour couper un tiers de seconde de musique. « Ça ne fonctionnait pas », affirme celui qui convient qu'en humour, tout est une question de « timing ». 

Aujourd'hui, il est satisfait du résultat qu'il propose. Le film a été présenté à Québec et Gatineau, au cours des derniers jours, et chaque fois, l'équipe a eu droit à une ovation. « On travaille tellement fort, à la fin, ça ne nous appartient plus. Quand on a ce retour-là, c'est vraiment bien », confirme Émile Gaudreault. 

Le scénariste l'assure, jamais il n'a voulu profiter du succès du premier film pour faire une suite. « Il n'était pas question de profiter de la vague du premier. Dès le départ, on savait que si on faisait un deuxième film, il fallait qu'il soit meilleur que le premier. C'est mon huitième film, je sais plus ce que je fais. Pour sa part, Louis-José Houde a pris de l'expérience. Il a atteint une plus grande profondeur », estime-t-il.

Émile Gaudreault a pu compter sur toute une brochette d'acteurs pour camper les différents rôles. Au duo composé de Michel Côté et Louis-José Houde s'ajoutent notamment Karine Vanasse, Julie Le Breton, Patrice Robitaille, Hélène Bourgeois-Leclerc, Sonia Vachon, Yves Jacques, Diane Lavallée, Mariana Mazza et plusieurs autres. « J'ai eu de la chance. Pratiquement tous les gens à qui j'ai demandé d'embarquer ont dit oui. Ce sont des comédiens extrêmement doués. »

Le scénariste a fait en sorte que chacun des personnages soit développé. 

« J'ai beaucoup travaillé le scénario avec les acteurs. Pendant deux mois, on a exploré les personnages. Après, j'ai senti que le scénario avait pris trois coches. »

Émile Gaudreault travaille déjà sur un nouveau scénario de comédie qu'il prévoit tourner en 2018. Celui qui a réalisé Le sens de l'humour en partie dans sa région natale, en 2010, n'écarte pas la possibilité d'y ramener une équipe de tournage un jour ou l'autre. « J'aimerais ça », assure-t-il.

Le coup de foudre de Julie Le Breton

Julie Le Breton a eu un véritable coup de foudre professionnel pour Émile Gaudreault, scénariste qu'elle a découvert sur le tournage du film Le vrai du faux. La comédienne a donc accepté sans hésitation d'embarquer dans l'aventure de De père en flic 2, dans lequel elle campe Pascale, une jeune femme en couple avec le bras droit du chef de la mafia montréalaise. 

«Émile est quelqu'un de très perfectionniste, quelqu'un qui se questionne tout le temps. La comédie est trop souvent traitée comme un art mineur. Quand il m'a approché, j'étais emballée», affirme celle qui a apprécié l'expérience de tournage. «Comme c'était dans les Laurentides, ç'a permis de passer beaucoup de temps ensemble. C'est très rare», affirme celle qui souligne que l'équipe a passé cinq semaines à Val-David. 

Julie Le Breton est fière du résultat présenté au public. «Émile a trouvé le moyen de présenter tous les personnages rapidement, sans tomber dans le cliché, avec beaucoup de sensibilité. En deux minutes, on sait à qui on a affaire. L'angle qu'il a choisi pour que tout le monde présente son couple est génial», estime-t-elle.

«La beauté de cette histoire-là, c'est la relation entre le père et le fils. Avec ce film, tu ris beaucoup, ce qui fait en sorte que tu ne réalises pas nécessairement que des choses viennent te toucher. J'espère que les gens vont se déplacer, qu'ils ne bouderont pas leur plaisir.» 

Après la tournée de promotion entourant la sortie du film, Julie Le Breton replongera dans le rôle de Délima Poudrier dans Les pays d'en haut. Le tournage prendra fin la semaine prochaine. Elle tournera ensuite un long métrage à très petit budget avec son complice Patrice Robitaille, avec qui elle reprendra en septembre le tournage de Victor Lessard. «Je suis choyée. J'en profite, puisque je sais que ça ne dure pas nécessairement toute la vie.»

Le scénario a convaincu Michel Côté

En 2009, le duo formé de Michel Côté et Louis-José Houde a convaincu le public de se rendre en salles. Huit ans plus tard, les deux acteurs se retrouvent à l'écran dans De père en flic 2, un film qui prend aussi la forme de dernier projet avant une pause de six mois pour l'acteur originaire d'Alma. 

Michel Côté a été impliqué dans De père en flic 2 tôt dans le processus de création. 

« Pour qu'il y ait une suite, il fallait que Louis-Josée Houde, Émile Gaudreault et moi, on embarque dans le projet », explique-t-il. « Dès le départ, Émile Gaudreault m'a convaincu en me disant qu'on allait écrire un scénario et qu'on tournerait le film seulement s'il était bon. »

La lecture du scénario a rapidement convaincu l'acteur. 

« Faire des films, c'est facile. Faire un bon film, c'est facile. Mais faire un bon film qui marche, ça, ce n'est pas facile. Faire une bonne comédie intelligente, c'est difficile. Ce n'est pas con De père en flic 2. Les problèmes de couple, petits ou gros, c'est universel », affirme-t-il, soulignant en rigolant ses 44 années et demie de vie commune avec la comédienne Véronique Le Flaguais. 

L'acteur juge l'histoire entre le père et le fils des plus à propos. 

« C'est encore rare de voir un père et son fils se dire je t'aime, même en 2017. Les choses ont beaucoup évolué, mais il y a encore de la place pour l'amélioration. En tout cas, moi, je ne me gêne pas pour dire à mes fils que je les aime. » 

Après Broue

Maintenant que Broue s'inscrit dans le passé, Michel Côté se prépare à s'arrêter de travailler pendant quelques mois. « Depuis l'âge de 16 ans, ça ne m'est jamais arrivé. J'ai envie d'avoir la tête plus libre. Je veux voyager, m'occuper de mes petits-enfants, aller voir des spectacles à New York, apprendre l'espagnol, faire de la musique sans avoir un scénario en tête », explique-t-il, même s'il éprouve toujours beaucoup de plaisir à faire son métier. « Je suis tellement privilégié. Je fais tous mes projets et la promotion avec plaisir. Mais, j'ai 67 ans. C'est un bon moment pour prendre une pause. » 

Le 25 juillet prochain, un Gala Hommage à Michel Côté animé par François Morency sera présenté dans le cadre du Festival Juste pour rire. 

L'événement cause un mélange de stress et de bonheur à l'acteur. « Je serai nerveux, mais j'aurai un grand sourire », assure celui pour qui l'événement marquera le début d'une pause. « Je recommencerai à lire des scénarios dans six mois. En attendant, je ne lirai rien », assure-t-il.

Denise Robert confiante

De père en flic a connu le plus gros succès en langue française au Canada de tous les temps. Même si elle sait que les attentes sont grandes, la productrice Denise Robert espère d'abord et avant tout que De père en flic 2 saura plaire au public pour qui il a été créé. 

« On a toujours la même espérance, que le film plaise au public. C'est certain que cette fois, les attentes sont plus grandes, on ne veut pas décevoir les gens. Alors on a travaillé quatre fois plus fort », assure-t-elle.

Les premières réactions du public ont tout pour rassurer la productrice. « Les gens ont été presque unanimes à l'effet que le film est meilleur et plus drôle que le premier », témoigne celle qui se réjouit également du succès remporté par Bon Cop Bad Cop 2 (qui a atteint la barre des 5 M $ aux guichets depuis sa sortie en salles le 12 mai dernier). 

« Tous les gens qui ont vu Bon Cop Bad Cop 2 en salle ont vu notre bande-annonce. De plus, quand les gens voient un bon film québécois, ça leur donne envie d'en voir d'autres », explique-t-elle. 

« Bon Cop Bad Cop 2 a ramené les gens en salles. De père en flic 2 va permettre de les faire revenir encore. Je souhaite que la vague continue et que De père en flic 2 permette aussi d'amener des gens en salles pour un prochain film », affirme celle qui souligne que les « acteurs exceptionnels » constituent le meilleur outil du cinéma québécois.

À la maison

Présenter un film au Saguenay-Lac-Saint-Jean signifie aussi montrer le fruit de son travail à ses proches, pour Émile Gaudreault et Michel Côté. Le scénariste et producteur attendait une trentaine de proches à la représentation d'Alma, mardi soir. « Évidemment, il y a un truc plus émotif, plus fort quand je présente un film dans la région. C'est sûr qu'ils vont aimer le film, mais je suis plus fébrile. »

Michel Côté, quant à lui, estime que ses frères sont les meilleures personnes pour juger ses performances. « Avec eux, j'aurai l'heure juste. Ils savent toujours si un film va fonctionner ou non », assure-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer