Un été éclectique pour Jonquière en musique

Le directeur général de Jonquière en musique, Alain... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le directeur général de Jonquière en musique, Alain Tremblay, mise sur la variété qu'on retrouve dans la programmation pour attirer 100 000 spectateurs au cours de la 28e édition.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Un peu de blues, de country, de chanson populaire et de rock, avec quelques hommages et des premières parties mettant à contribution des artistes de la région. Ainsi se décline la programmation de Jonquière en musique, édition 2017, dont les premières notes résonneront le 28 juin, au parc de la Rivière-aux-Sables.

Un mini-spectacle donné par Guylaine Tanguay a égayé... (Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Un mini-spectacle donné par Guylaine Tanguay a égayé la rencontre de presse tenue mardi, à la Salle Calypso. La chanteuse originaire de Girardville participera à la 28e édition de Jonquière en musique, le 14 juillet.

Le Quotidien, Michel Tremblay

C'est l'harmoniciste Jim Zeller qui donnera le coup d'envoi de la 28e mouture de cet événement dont les grandes lignes ont été dévoilées mardi, lors d'une rencontre de presse tenue à la Salle Calypso. Comme le veut la tradition, l'admission sera gratuite et le bluesman foulera la scène à compter de 21 h 30, tandis que la formation Pygmate se pointera à 20 h 30.

Ce sera le premier de 12 rendez-vous étalés jusqu'au 15 juillet, alors que les Trois Accords, toujours très populaires dans le contexte d'un festival, présenteront leurs drôles de chansons dans la foulée de Crash Ton Rock. L'occasion sera spéciale pour le groupe jonquiérois, puisqu'il aura l'occasion d'étrenner ses nouvelles compositions devant son monde.

Le country, lui, se manifestera par l'entremise du légendaire Cayouche, le 29 juin (première partie assurée par We're Not Signers), de même que Patrick Norman (le 8 juillet, après Fern et les Fougères). Il donnera aussi lieu à une affiche toute régionale le 14 juillet, alors que Maxime Villeneuve mettra la table pour Guylaine Tanguay, qui s'apprête à sortir un album intitulé Mon livre vert.

Elle était d'ailleurs dans la salle, le temps d'un mini-spectacle appuyé par une bande sonore. « Tout seul, on est si malheureux », a énoncé la fille du Haut-du-Lac sur un beat entraînant, prélude à une leçon de yodel sur l'air de Je suis une cowgirl canadienne. Les gens, nombreux, qui assistaient à la rencontre de presse, ont prudemment opté pour l'abstinence, tout en s'émerveillant de l'apparente facilité avec laquelle l'interprète maîtrise cet art si singulier.

« On va s'amuser à la façon country », a promis Guylaine Tanguay, qui ne sera pas la seule tête d'affiche provenant du Lac-Saint-Jean. Fred Fortin effectuera une apparition le 7 juillet, en effet, avec la formation As One Man pour réchauffer la foule. Notons également que 2Frères sera présent le 7 juillet, tandis que la première partie permettra d'entendre Allan Hurd, gagnant en 2016 au Festival de la chanson de Saint-Ambroise dans la catégorie auteur, compositeur et interprète.

Aussi lauréate à Saint-Ambroise, plus spécifiquement en 2015, Mathilde Laurier a frappé le gros lot en ouvrant pour Marc Dupré, le 1er juillet. « Elle n'avait pas pu chanter l'an passé, pour des raisons techniques. Je remercie Alain (Tremblay, directeur général de Jonquière en musique) de l'avoir intégrée dans la programmation », a souligné la directrice générale du Festival de la chanson, Barbara Savard.

De son côté, le punk aura droit de cité le 12 juillet, par la grâce des Sales Majestés, que précéderont les Wairés. Quant aux hommages, le premier du lot sera celui d'Alcoolica au groupe Metallica (le 30 juin, avec Beyond Fiction en ouverture). Suivront Joshua 2 et la filière U2 (le 5 juillet, après Five Against One, spécialisé dans le répertoire de Pearl Jam), ainsi que la formation régionale Crocodile Country Rock. Elle fera revivre CCR le 13 juillet, dans la foulée d'une sortie de Gras Trance.

« On n'a jamais de thème précis lorsqu'on entreprend de monter la programmation. On touche à tout », a expliqué Alain Tremblay au cours d'une entrevue accordée au Quotidien dans la foulée de la rencontre de presse. Il a précisé que le budget de la 28e édition s'élève à 550 000 $ et qu'à elle seule, la tenue des spectacles entraîne des déboursés de 121 000 $.

En ce qui touche la fréquentation, par ailleurs, Jonquière en musique avait attiré 80 000 personnes l'année dernière, une performance que le patron du festival aimerait bonifier au cours de l'été. « Cette fois-ci, ce serait bien si on se rendait à 100 000, a-t-il confié. Ce n'est pas arrivé depuis l'année où nous avons reçu Jean Leloup. »

Des spectacles le midi, puis en fin de soirée

Pendant l'arrivée des invités à la Salle Calypso, mardi avant-midi, on pouvait entendre Jacques Dubé et ses camarades du groupe So Much Swing interpréter des standards de jazz sur la scène, genre Can't Take That Away From Me. C'était une façon d'illustrer le fait qu'en plus de la programmation de Jonquière en musique, on allait dévoiler celle des Midis-Show et des Après-Shows, deux autres séries qui s'annoncent prometteuses.

Les Midis-Shows reviendront pour une huitième année consécutive, à compter du 4 juillet. C'est justement So Much Swing qui brisera la glace en se produisant de midi à 13 h, sur la terrasse de la bibliothèque municipale de Jonquière. S'il fait chaud, ce sera encore mieux, l'équivalent musical d'une brise rafraîchissante, le mojito en moins.

Une semaine plus tard, les amateurs de rythmes latins pourront entendre Duo Caliente, tandis que le 18 juillet, c'est le folk qui sera à l'honneur par l'entremise des Tabourets Jaunes. Quant au dernier rendez-vous de la série, il s'agira d'un spectacle baptisé Motus, une création de Carlos Nogaledo offerte de concert avec le Festival international des arts de la marionnette de Saguenay.

Un autre maillage intéressant a été réalisé avec le café-bar L'Envol, situé sur la rue Saint-Dominique. Pour la première fois, cette institution jonquiéroise va présenter des spectacles s'inscrivant dans le prolongement de ceux de Jonquière en musique. Eux aussi mettront en valeur les talents de la région et seront accessibles gratuitement.

Premiers à se lancer, Éric Dallaire et Frank T, ainsi que leurs invités, seront présents le 28 juin. Le lendemain, on verra des artistes référés par la boîte de production La Plug, tandis que le 30 juin, ce sera au tour de Leather Maniac d'animer la vie nocturne. Le menu comprend aussi Minuit Minuit et 1/2, qui se produira le 1er juillet, de même qu'un hommage mystère à l'affiche le 5 juillet.

L'été musical de L'Envol se poursuivra avec Soul Box (6 juillet), Les Fuses et Random Pete (7 juillet), en plus de Philippe Berghella, qui retrouvera ses fans le 8 juillet. Il y aura également un invité répondant au doux nom d'Ordure Ionique (12 juillet), ainsi que Bar Routier (13 juillet), Karo Laurendeau et Stéphanie Labbé (14 juillet) et Dix Cover, qui fermera la saison le 15 juillet. 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer