Patrick Bruel séduit avec Barbara à La Baie

Patrick Bruel a livré une performance remplie d'émotions,... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Patrick Bruel a livré une performance remplie d'émotions, devant un public charmé.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat

Stagiaire

Le Quotidien

De passage au Saguenay pour sa tournée Bruel chante Barbara, Patrick Bruel a réussi avec brio à charmer la salle remplie du Théâtre du Palais municipal de La Baie, dimanche soir.

Seul sur scène, éclairé par la simple lueur d'une ampoule et armé de sa guitare, il a séduit les spectateurs dès ses premières notes. «Lorsque j'ai décidé de chanter Barbara, il était évident pour moi que je devais passer par le Québec, vous qui avez un si grand respect pour la langue française», a-t-il confié d'entrée de jeu. Rapidement rejoint par ses quatre musiciens, il s'est lancé dans une aventure musicale, amenant son public avec lui pendant près d'une heure et demie.

C'est avec pudeur et simplicité que Patrick Bruel a retracé son enfance, son adolescence et son début de carrière, à travers les chansons et les mots de Barbara. De sa première rencontre avec la chanteuse à l'enregistrement de l'album hommage, chaque partie de sa vie était illustrée avec une chanson de Barbara. Seul avec sa guitare, assis derrière son piano ou debout au milieu de la scène, Patrick Bruel a fait revivre son idole de mille et une façons.

Cinq grands panneaux de tissu occupaient l'arrière-scène et l'alternance entre les rideaux rouges classiques et d'autres formes et couleurs se mariait parfaitement aux chansons, apportant quelque chose de moderne au spectacle. Madame, Mon enfance ou encore Mourir pour mourir, chaque chanson a une signification et une histoire pour Patrick Bruel. Et c'est sans égoïsme qu'il a réussi à partager ses émotions avec les spectateurs. Il a même décidé de gâter son public en descendant dans la salle pendant son interprétation rythmée de Marienbad. Incapable de passer sous silence la violence qui sévit sur la planète depuis quelques années, Patrick Bruel a repris Perlimpinpin, une chanson qui traite d'espoir et de paix dans le monde.

D'impressionnants jeux de lumière ont accompagné sa performance tout en puissance, ce qui en a fait l'un des moments forts de son spectacle et lui a valu une ovation du public. Patrick Bruel avait prévenu l'assistance dès le début, «c'est un spectacle qui peut laisser des traces». Et il ne s'était pas trompé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer