Au carrefour du jazz et de la pop

Marie-Noëlle Claveau s'apprête à sortir son troisième album,... (Courtoisie)

Agrandir

Marie-Noëlle Claveau s'apprête à sortir son troisième album, Sans hésiter. Créé de concert avec le réalisateur Éric Khayat, cet enregistrement répond à son désir de recréer l'esprit du jazz tel qu'on le pratiquait dans les années 1970 et 1980.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Présente mercredi à Jonquière, sa ville natale, Marie-Noëlle Claveau a profité de son spectacle donné au Côté-Cour, dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay, pour offrir au public la primeur de son nouvel album. Il s'agit du troisième de la chanteuse et le titre, Sans hésiter, ne reflète aucunement l'état d'esprit qui fut le sien au moment de s'engager dans ce projet.

Les enregistrements précédents, Sailing (2008) et Chansons charmantes (2013), avaient suscité de l'intérêt, généré plusieurs sorties. Néanmoins, l'idée de plancher sur un nouvel encodé, surtout sur le mode de l'autoproduction, ne souriait guère à l'artiste. «Ça demande beaucoup d'énergie», a-t-elle souligné lors d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

C'était compter sans la ténacité d'Éric Khayat, qui l'a contactée il y a deux ans pour savoir de quel type de musique Marie-Noëlle Claveau s'ennuyait. «J'ai évoqué le jazz des années 1970 et 1980, les disques sortis par des gens comme Diane Tell et Gilles Rivard. Il m'a alors suggéré de composer quelque chose, ce que je n'avais jamais fait. J'ai procrastiné pendant deux semaines avant d'envoyer une minute de musique», relate la Jonquiéroise, professeure de chant jazz au Collège d'Alma.

Le réalisateur a habillé cet air qui, ironiquement, est devenu la pièce titre de l'album . «J'ai senti qu'il avait compris ce que je souhaitais accomplir et à partir de ce moment, les valves se sont ouvertes. Entre mars et la fin de l'été, 11 chansons ont été créées par Éric et moi», décrit-elle. Sans hésiter cette fois, le duo  appuyé par Effendi, une maison spécialisée dans le jazz, a donné naissance à une collection de titres qui seront mis en ligne le 16 mai, par l'entremise de Believe Canada.

Le ton est différent de celui de Chansons charmantes, où on retrouve des succès des années 1940 popularisés par Fernand Robidoux. «Les gens seront surpris par le son, mais la voix reste la même. Je crois aussi que les nostalgiques des années 1970 et 1980 vont aimer le disque. Il se situe à un carrefour, là où la pop devient sophistiquée et où le jazz devient accessible», énonce Marie-Noëlle Claveau.

Une femme occupée

La chanteuse s'attend à donner des spectacles en solo à partir de l'automne. Elle anticipe une demande intéressante, comme l'illustre l'invitation que vient de lui adresser le Festival de jazz de Regina, qui compte l'accueillir en juin. Toujours pendant l'été, on pourra la voir à La Pulperie de Chicoutimi, dans le cadre des soirées animées par Mario Vézina.

Cette sortie est prévue pour le mois d'août, qui verra également le groupe dont fait partie la Jonquiéroise, Ménage à Trois, se produire à Kénogami en Fête. Quant au Choeur Expérience Gospel, dont elle est partie prenante depuis sa fondation, rappelons qu'il participera à un festival international en mai, au New Jersey. «Ce sera une belle tribune», anticipe Marie-Noëlle Claveau.

Enfin, il y a cette nouvelle collaboration avec Michel Robidoux qui pourrait faire des petits. Elle l'accompagne sur Je ne suis que moi, l'un des titres regroupés sur l'album Robidoux premier, sorti récemment. Ce projet piloté par Audiogram revisite des compositions auxquelles le musicien a prêté son concours, grâce à une galerie d'interprètes comprenant Ariane Moffatt, Pierre Lapointe, Alex Nevsky, Daniel Bélanger, Pierre Flynn, Catherine Major et Bïa.

«Moi et Michel, nous sommes devenus des amis pendant la création de Chansons charmantes. C'est pourquoi il a tenu à ce que je fasse Je ne suis que moi, dont les paroles ont été écrites par sa conjointe, Monique Pratte. J'ai eu beaucoup de plaisir, aussi, à reprendre cette pièce au lancement tenu à La Tulipe et je sais qu'il est question de monter un spectacle. Je souhaite que ça fonctionne», confie Marie-Noëlle Claveau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer