Un ensemble d'un soir qui charme le public

Jacques Kuba Séguin était entouré de sept musiciens... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jacques Kuba Séguin était entouré de sept musiciens pour présenter ses pièces alliant fougue et douceur au Théâtre Banque Nationale mardi soir.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Sept instruments, maîtrisés par autant de musiciens talentueux, répartis tout autour de Jacques Kuba Séguin et de sa trompette. Le Festival jazz et blues de Saguenay a offert un ensemble d'un soir des plus efficaces au Théâtre Banque Nationale, mardi. Une proposition unique qui a su charmer le public.

Les spectateurs présents se sont laissés transporter par les notes du trompettiste et des musiciens qui l'accompagnaient sur scène, notamment les membres du Quatuor Saguenay qui se sont joints au musicien le temps d'un spectacle. 

Le compositeur a ajouté un quatuor à cordes à son Litania Projekt dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal en 2014. L'initiative lui a valu une nomination au Prix Opus 2015. Ce fut l'élément déclencheur. Il a répété l'expérience avec le Quatuor Saguenay dans le cadre du Festival jazz et blues. 

Jacques Kuba Séguin sait composer en accordant une place de choix à chacun des instruments. 

Mardi soir, le public a pu apprécier le talent de chaque musicien, soit Jonathan Cayer au piano, Rémi-Jean Leblanc à la contrebasse et Greg Ritchie à la batterie. 

Nathalie Camus, Luc Beauchemin et David Ellis, du Quatuor Saguenay, ainsi que Benoît Cormier, se sont joints au groupe pour le concert. « C'est une super rencontre. On a une grande chance de les avoir avec nous », a affirmé le trompettiste en cours de soirée.

Jacques Kuba Séguin, sympathique, visiblement à l'aise sur une scène, a parlé en quelques phrases de ce qui l'inspire.

Puis, il a amorcé L'Étude des lueurs en quatre mouvements. Quelques notes ont suffi pour comprendre à quel point le trompettiste maîtrise son instrument. Il sait en faire jaillir des notes et des sons qui lui sont propres. Le premier mouvement a par ailleurs donné lieu à un impressionnant solo de batterie. Chaque instrument trouve sa place et sa façon de se faire valoir dans L'Étude des lueurs

Au centre du groupe, Jacques Kuba Séguin apprécie le moment, donne quelques indications aux musiciens. Il se laisse porter par la musique, souriant.

Ses pièces permettent de passer d'une émotion et d'une sensation à une autre, alliant la douceur et la simplicité à la force d'envolées et à l'énergie d'ensemble.

La mélodie et la fougue y cohabitent de belle façon. 

Jacques Kuba Séguin, qui a des racines polonaises, a aussi offert un standard polonais des années 30 dont le titre se traduit par L'amour te permet de tout pardonner. Son adaptation de la pièce de style cabaret a su plaire aux spectateurs. 

Magda's Tango, une pièce écrite pour sa soeur qui danse, a été pour sa part chaudement applaudie. 

Puis Fugue pour Anaïs à Métis a conclu le concert de bien belle façon. Le public a apprécié sa soirée. Il a manifesté son contentement par des applaudissements soutenus. Le musicien ne l'a pas fait languir. Il est rapidement réapparu sur scène pour offrir une pièce dédiée aux anciens.

Il pensait alors à un homme en particulier, un vieux sage maintenant décédé avec qui les enfants du village aimaient discuter. 

Des images pouvaient facilement défiler dans l'imaginaire du public. « Les lueurs, les paysages, ce que je propose est un peu cinématographique », a-t-il conclu. 

Il ne pouvait mieux dire.

Cynthia Harvey a donné le coup d'envoi au... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Cynthia Harvey a donné le coup d'envoi au Festival jazz et blues de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Coup d'envoi régional

C'est l'artiste de la région Cynthia Harvey qui a donné le coup d'envoi au Festival jazz et blues de Saguenay. Mardi soir, elle a fait résonner les premières notes de la 22e édition de l'événement dans le dôme aménagé pour une troisième année au coin des rues Racine et Bégin. Cynthia Harvey, qui avait assuré la première partie de John Pizzarelli dans le cadre de l'événement en 2014, a offert un spectacle spécialement conçu pour le festival. La chanteuse s'est entourée des musiciens Rob Langlois (Marie-Mai, Bodh'aktan, David Usher), Guillaume Marchand (Marie-Mai, Garou, Porn Flakes) et Marc Angers (Un violon sur le toit, Bodh'aktan) afin d'offrir un mélange de compositions et de reprises.

Victor Wainwright... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 3.0

Agrandir

Victor Wainwright

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Victor Wainwright de retour

L'Inter a reçu la visite de Victor Wainwright dans le cadre de la première soirée du Festival  jazz et blues de Saguenay mardi soir. Le chanteur et pianiste a proposé son rock n' roll, ses rythmes honky tonk et des pièces représentant toutes les facettes du blues au public qui avait déjà pu l'entendre dans le cadre du festival en 2015. Victor Wainwright sera de retour sur scène mercredi soir, 20h, toujours au restaurant Inter.

Michel Cusson... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 4.0

Agrandir

Michel Cusson

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Michel Cusson en solo

Michel Cusson est monté sur la scène de l'Hôtel Chicoutimi mardi soir pour présenter les pièces de son dernier album intitulé Michel Cusson solo. Celui qui a l'habitude de créer pour la télévision et le cinéma a trouvé une façon de mettre des images sur sa musique. Seul sur scène, il a pu allier son talent de compositeur à celui d'improvisateur, se laissant guider par son propre état d'esprit et l'énergie du public. Michel Cusson en était à sa première présence au Festival jazz et blues de Saguenay.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer