Le Sasquatch ne craint pas la pluie

Voici ce que découvriront les visiteurs dans le... (Photo courtoisie)

Agrandir

Voici ce que découvriront les visiteurs dans le cadre du Joyeux Carnaval du Sasquatch, dont la quatrième édition débutera vendredi, à Sainte-Rose-du-Nord. Il s'agit de la «Maisoneige», une résidence faite de glace et de neige. Elle a été créée par le sculpteur Martin Thivierge.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Sainte-Rose-du-Nord n'a pas échappé à la pluie qui a enveloppé la région jeudi. Là aussi, le printemps a montré ses couleurs un peu trop de bonne heure, mais ça en prend davantage pour réprimer l'enthousiasme de Fanny Tremblay-Girard, aussi connue sous le nom de Fanny Fay. Elle assure que la quatrième édition du Joyeux Carnaval du Sasquatch, qui aura lieu du 24 au 26 février, ne perdra pas le tiers de la moitié d'une plume en raison des caprices de la météo.

«Moi, je pense que la pluie qui nous est tombée dessus découle de l'arrivée des Porteurs d'étincelles, samedi soir. Ces personnages sont les gardiens de l'étincelle de l'imagination, qui est au bord de s'éteindre. Ils vont la rallumer à l'occasion d'un spectacle où seront mélangés le conte et les arts du cirque, en plus d'une envolée de lanternes et de feux d'artifice. L'an passé, cette activité a attiré plus de 200 personnes», a-t-elle raconté jeudi, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

Puisqu'on parle de ce rendez-vous, précisons qu'il se déroulera près du Chalet des loisirs, à compter de 19 h. On y tiendra un Grand Bal Masqué Poilu, suivi par un spectacle de danse proposé par deux fillettes du village, Les Étoiles Filantes. Elles mettront la table pour le conte et tout ce qui s'y rattache, mais aussi pour les spectacles qui seront proposés à l'intérieur du chalet, à 21 h. Le groupe trad Déridonléridé tiendra l'affiche en compagnie d'Al Drapeau, un amateur de folk'n blues.

Une maison de neige et de glace

Si la pluie a causé des maux de tête aux membres de L'art salé, l'organisme sans but lucratif qui chapeaute le festival, c'est en raison des nombreuses sculptures de neige et de glace auxquelles il a donné naissance. C'est ainsi que dès vendredi, dans le voisinage du chalet, on pourra voir cinq oeuvres taillées à même des blocs de glace.

Il y aura aussi des blocs de neige sur lesquels les visiteurs pourront exercer leur créativité, de même qu'un bar de glace réalisé par le sculpteur Thomas Meloche. Tout aussi original, l'un de ses collègues, Martin Thivierge, a érigé une «Maisoneige» qui se dresse au 288 rue du Quai. Elle sera ouverte dimanche, à 14 h, mais quelques privilégiés ont déjà eu l'occasion d'y séjourner.

«C'est une habitation de neige et de glace où j'ai pu dormir dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle comporte une chambre, en plus du salon, et Martin l'a construite afin de mettre en valeur un nouveau produit. On pourra y passer une nuit ou se faire sculpter une maison semblable sur sa propriété», fait observer Fanny Tremblay-Girard.

Sculptures protégées

Pour revenir à la pluie, les organisateurs ont emballé les sculptures dans le but les protéger de ses assauts. «C'est sûr que ce ne sera pas le «top», mais on va garder du spectaculaire», assure l'organisatrice qui, elle-même, est une adepte de l'art éphémère. Outre la «Maisoneige», l'oeuvre la plus imposante sera la nouvelle version du poisson des abysses. Elle mesurera 50 pieds de long et 15 de large, tout en offrant des espaces propices à la glissade.

Il s'agira d'un record pour le festival, dont le volet intérieur se mettra en branle vendredi à 20 h, au chalet. On y entendra le conteur Ken Villeneuve, dont les histoires sont inspirées par celle du village, puis le groupe Varan, féru de rock progressif. Dimanche, par ailleurs, c'est à l'Auberge Rose des Vents que résonneront les chansons de Gab Stu Toé et d'Al Drapeau. Ils se produiront dans le cadre d'un brunch élaboré par la chef Marie B..

Les habitués auront remarqué que cette année, le festival durera une semaine, au lieu de deux. Ce changement résulte d'une invitation lancée au groupe qui produira le spectacle de samedi soir, celui qui marie le conte aux arts du cirque. Il le reprendra le 3 mars, à Montréal, dans le cadre d'un gala organisé par Les Maîtres du Feu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer