Quand le théâtre s'appuie sur le cirque

  • Sur cette photo magnifique, on voit l'équipe de la compagnie Nuage en pantalon exécuter une chorégraphie intégrée à la pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    Sur cette photo magnifique, on voit l'équipe de la compagnie Nuage en pantalon exécuter une chorégraphie intégrée à la pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 1 / 5
  • Destinée aux enfants de six ans et plus, cette production sera de retour samedi à 13h 30, à la Salle François-Brassard de Jonquière. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    Destinée aux enfants de six ans et plus, cette production sera de retour samedi à 13h 30, à la Salle François-Brassard de Jonquière.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 2 / 5
  • La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 3 / 5
  • La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 4 / 5
  • La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Ils étaient très jeunes, les enfants qui se trouvaient à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, vendredi avant-midi. Quelque chose comme six ou sept ans. Pourtant, ils ont passé 50 minutes les yeux rivés sur la scène, parfois amusés, plus souvent fascinés, alors que la compagnie Nuages en pantalon présentait la pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

Ce spectacle est centré sur Estelle, une fillette qui se pose plein de questions sur la vie. On fait sa connaissance au moment où, en principe, elle devrait prendre le lit. Or, la voici qui se demande pourquoi il faut se coucher, si les choses existent quand il n'y a pas de lumière, si le choix de son nom a déterminé sa personnalité. On la sent curieuse, allumée, tellement qu'elle ne comprend pas l'attitude de ses parents. «On dirait qu'ils n'ont plus de questions», se désole la gamine.

La pièce commence vraiment lorsque la chambre disparaît pour laisser l'enfant seule sur la scène, où elle échappe à la loi de la gravité. Elle effectue des sauts prodigieux avant de voir disparaître ses pieds, ses bras, son corps. C'est le seul moment où les petits spectateurs ont cessé de regarder la scène, mais c'est parce que la voix d'Estelle s'est élevée à gauche, à droite, derrière la salle, en succession. «Je suis ici», a-t-elle répété.

Son questionnement est devenu encore plus philosophique: «Est-ce que mon corps existe? Mon esprit?» L'apparition d'un spectre à ses côtés a ajouté une couche de mystère à sa quête. Cette image virtuelle répétait les mêmes mouvements, puis elle s'est mise à filer au sommet de la salle avant de migrer sur les murs de côté. On aurait dit que c'était l'âme de la fillette, peut-être une allusion à la mort, mais des lumières se sont allumées, comme de minuscules étoiles filant vers le public.

Les jeunes ont été captivés, une nouvelle fois, et ce fut l'amorce d'une série de tableaux mettant à contribution les arts du cirque. Il y a eu de la jonglerie, un numéro faisant intervenir un grand cerceau lumineux, des chaises sur lesquelles Estelle a grimpé en déployant une grande agilité. «Dans ma tête, ça n'arrête pas», a-t-elle lancé. C'était sans doute une référence à ses questions, mais ça aurait pu résulter de tout ce qui se passait autour d'elle.

À la fin de la pièce, la petite revient dans sa chambre, sauf que le lit est démesurément grand. En fait, il s'agit d'un trampoline qu'elle utilise avec trois autres comédiens, prétexte à de savantes chorégraphies comme celle qui illustre cet article. Le public avait encore les yeux écarquillés lorsque l'héroïne a tracé le bilan de ses aventures en sollicitant la sagesse de son grand-père, qui lui a conseillé de regarder le monde avec curiosité.

Nul doute que les spectateurs ont capté le message, même s'ils sont un peu jeunes pour l'articuler aussi clairement que l'équipe de Nuages en pantalon. Ils participaient à l'une des représentations scolaires organisées par le Théâtre La Rubrique, alors que la séance tenue samedi à 13h30 est ouverte à tous. Elle sera suivie d'une activité de médiation culturelle, un atelier animé par les Fous du Roi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Dans le noir, les yeux s'ouvrent
    Sur cette photo magnifique, on voit l'équipe de la compagnie Nuage en pantalon exécuter une chorégraphie intégrée à la pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

    Sur cette photo magnifique, on voit l'équipe de la compagnie Nuage en pantalon exécuter une chorégraphie intégrée à la pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Les plus récentes dans Le Quotidien
  • Dans le noir, les yeux s'ouvrent
    Destinée aux enfants de six ans et plus, cette production sera de retour samedi à 13h 30, à la Salle François-Brassard de Jonquière. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

    Destinée aux enfants de six ans et plus, cette production sera de retour samedi à 13h 30, à la Salle François-Brassard de Jonquière.

    Les plus récentes dans Le Quotidien
  • Dans le noir, les yeux s'ouvrent
    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Les plus récentes dans Le Quotidien
  • Dans le noir, les yeux s'ouvrent
    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Les plus récentes dans Le Quotidien
  • Dans le noir, les yeux s'ouvrent
    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

    La pièce Dans le noir, les yeux s'ouvrent.

    Les plus récentes dans Le Quotidien