Revivre l'époque de la traite des fourrures

Rien ne laissait présager que Julie Lemieux, détentrice... (Photo courtoisie)

Agrandir

Rien ne laissait présager que Julie Lemieux, détentrice d'une maîtrise en microbiologie des sols agricoles et musicienne, écrirait un jour un roman. Pourtant, elle publie cette année une saga historique en quatre tome intitulée L'Année sans été.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Julie Lemieux est manifestement le genre de personne qui ne fait pas les choses à moitié. Intriguée par l'histoire, amoureuse du Nord, passionnée du début du 19e siècle, elle s'est lancée dans l'écriture d'une saga historique en quatre tomes à paraître en entier en 2017. Le défi était de taille, d'autant plus qu'il s'agit des premiers écrits de la nouvelle auteure.

Les fiançailles au berceau, le premier tome de... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Les fiançailles au berceau, le premier tome de la saga historique L'Année sans été, se retrouve sur les tablettes depuis le 26 janvier.

Photo courtoisie

Rien ne laissait présager que Julie Lemieux écrirait un jour. Celle qui est née à Chibougamau a étudié en agronomie, dispose d'une maîtrise en microbiologie des sols agricoles en plus d'être musicienne. «Je suis une scientifique musicienne», décrit celle qui est maintenant installée à Québec. 

Il y a quelques années, elle a été marquée par la lecture du livre Les coureurs des bois : la saga des Indiens blancs de Georges-Hébert Germain. «Ç'a été une révélation. J'ai découvert un univers que je méconnaissais et qui faisait déjà naître des personnages dans ma tête. J'ai voulu que ces personnages évoluent dans les lieux que j'ai connus enfant. J'aime le Nord, la forêt boréale. Ce sont mes racines», explique-t-elle au cours d'un entretien téléphonique. 

Sans attentes ni objectif précis, elle s'est lancée dans l'écriture de ce qui allait devenir L'Année sans été, une saga dont le premier des quatre tomes intitulé Les fiançailles au berceau, se retrouve sur les tablettes depuis le 26 janvier. 

«Je savais que j'avais très peu de chance d'être publiée. J'ai envoyé ma proposition à deux maisons d'édition. L'une a failli me prendre, l'autre ne publiait pas de romans historiques.» Elle a abandonné l'idée pendant plusieurs mois, puis une amie lui a parlé des Éditions Hurtubise qui publient ce genre d'écrits. Sa proposition a été acceptée. 

« Pour moi, c'était vraiment une belle surprise », confirme l'auteure dont le projet a nécessité trois ans de travail. 

«J'ai lu beaucoup et fait un gros travail de recherche. Mon objectif est de faire revivre les événements en mettant beaucoup de détails du quotidien», affirme celle qui, adolescente, dévorait les romans du début du 19e siècle. 

Le premier tome se passe à Québec, en 1816. «En 1815, il y a eu une éruption volcanique en Indonésie. À l'époque, les gens ne le savaient pas, mais ç'a créé un hiver volcanique sur la Terre. La vallée du Saint-Laurent y a goûté. Il n'y a pas eu d'été, donc pas de récoltes. Mon roman se passe dans ces années-là. Ç'a été la dernière grande famine de l'Occident.»

La saga écrite au «je» propose l'histoire de Ange-Élisabeth Boucher de Montizambert, une jeune femme de la haute société qui vit à Québec. 

«C'est une jeune femme qui se laisse influencer et qui décide de pas grand-chose dans sa vie. On pourra la voir évoluer tout au long des quatre tomes. Elle fait partie de la haute société. Elle va sortir de son milieu et découvrir qu'il y a d'autres sortes de femmes aussi.»

L'histoire d'Ange-Élisabeth risque d'intéresser les lecteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Au fil des pages,le personnage quittera les salons bourgeois de Québec et remontera le Saguenay jusqu'au nord du Lac-Saint-Jean. «Les personnages passent par le poste de traite de Chicoutimi, puis longent le lac Saint-Jean en passant par le poste de Métabetchouan. Ils vont passer à Pointe-Bleue, jusqu'au poste de traite Ashuapmushuan.»

Le projet a apporté beaucoup à son auteure. «Le projet m'a fait vivre de beaux moments. J'ai fait de belles rencontres», confirme celle qui a notamment pu se rendre au poste de traite en compagnie d'un guide innu de Mashteuiatsh. 

«J'espère que les lecteurs vont avoir autant de plaisir à lire cette saga que j'en ai eu à l'écrire», souhaite celle qui a déjà complété l'écriture des quatre tomes. Le tome 2 de la saga sera publié le 23 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer