Bodh'aktan, le meilleur antidote au froid

Quoi de mieux qu'un spectacle de Bodh'aktan pour... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Quoi de mieux qu'un spectacle de Bodh'aktan pour se réchauffer le coeur? Le groupe était de passage à la Salle Nikitoutagan de Jonquière, vendredi soir, et il a de nouveau exercé sa magie devant un public à la fois nombreux et enthousiaste.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Dehors, le bruit dominant était celui des pelles fendant les blocs de neige dans la nuit jonquiéroise, un son métallique, froid comme l'air ambiant. À l'intérieur de la Salle Nikitoutagan, en revanche, une foule dense, comprenant plusieurs enfants qui, tout naturellement, ont abouti au pied de la scène, attendait avec impatience l'arrivée de Bodh'aktan.

Le groupe avait pour mission d'ouvrir le festival Saguenay en neige, du moins le volet spectacle, et il était clair qu'en ce vendredi soir, plusieurs se sentaient l'âme celtique. On est encore loin de la Saint Patrick, mais qu'importe. Quand six barbus et un batteur décident que ça va rocker sur fond de cornemuse, de flûte, de violon et d'accordéon, ni le calendrier, ni les gros manteaux et ni les bottes d'hiver ne constituent de véritables obstacles.

«Je suis le capitaine de la taverne», a hurlé le chanteur Alexandre Richard pour lancer les festivités. Autour de lui, se démenant comme de beaux diables, ses compères tricotaient une trame musclée où, néanmoins, on percevait des effluves irlandais. La pièce s'appelait Une autre nuit et après deux ou trois minutes, déjà, des têtes dodelinaient dans les premières rangées. Ça annonçait bien.

De fait, Bodh'aktan n'a plus relâché la pression jusqu'à l'heure des rappels. La sainte-nitouche est venue faire son tour, portée par un chant viril pendant que le public battait la mesure. On aurait dit qu'il se réchauffait en attendant Du rhum, des femmes, qui a fait monter la température de quelques degrés supplémentaires. Voir autant de gens danser au son d'une cornemuse, celle de Luc Bourgeois, constitue un spectacle aussi rare que réjouissant.

Les plus vieux auront apprécié le thème de la série Popeye, apparu à la toute fin, mais le temps d'un demi-clin d'oeil, le groupe était engagé dans Ici, l'hymne des fins de tournées, surtout celles en Europe. Le chant s'est alors fait plus doux, histoire d'évoquer un mal du pays que ni les sortilèges d'Amsterdam, ni les charmes de Paris ou de l'Italie, ne sauraient endiguer.

Sur un thème similaire, Par chez nous a montré que Bodh'aktan ne produit pas que des brûlots. Cette belle ballade, très appréciée par les spectateurs, cadrait parfaitement avec le climat, surtout cette phrase qui aurait pu être écrite sur les bords de la rivière aux Sables: «Par chez nous, l'hiver, y fait frette en ciboire». On est loin de Victor Hugo, mais il y a des moments où la poésie rugueuse parle davantage qu'un alexandrin.

Une autre surprise fut l'apparition d'une vieille, très vieille chanson, Le bon vin m'endort. Le groupe lui a donné des accents joyeux. Il a été impeccable, mais la surprise est venue de la foule, plus spécifiquement des adolescents, nombreux, qui ont repris les paroles tout en battant des mains. De quoi rassurer ceux qui croient que le folklore se meurt.

Tout de suite après, un reel familier, mais dont l'auteur de ces lignes a oublié le titre, a transformé la salle en piste de danse. Cette fois, c'est le souvenir du Carnaval-Souvenir de Chicoutimi qui a été réveillé. On dira ce qu'on voudra, quand il fait froid comme vendredi, ceux qui ont connu cet événement ressentent un pincement au coeur. Il manque de quoi à nos hivers et ce n'est pas juste le caribou.

Parlant d'alcool, Bodh'aktan a chanté À boire, puis une autre ballade, Longtemps, qui pourrait constituer son prochain simple. La fin approchait, annoncée par Le 31 du mois d'août, amorcé a cappella avant de déboucher sur un joyeux délire. Le public a chaudement applaudi, lancé des «Olé» à répétition, et pour le récompenser de son ardeur, le groupe a entonné La bouteille est agréable. Dehors, il faisait encore plus froid qu'au début de la soirée, mais ça ne dérangeait plus personne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer