REGARD: des courts métrages pour 8000 jeunes

Spring Jam de Ned Wenlock fait partie de... (Photo courtoisie)

Agrandir

Spring Jam de Ned Wenlock fait partie de la programmation des P'tites vues en famille.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Un nombre grandissant de jeunes sera rejoint par le festival REGARD et son équipe, cette année. En plus de la quantité de plus en plus importante de projections scolaires hors festival, une nouvelle programmation pour les 13 à 17 ans a été ajoutée à l'horaire de la 21e édition de l'événement. Ainsi, de l'âge de trois ans jusqu'à la majorité, près de 8000 jeunes cinéphiles auront l'occasion de se familiariser avec le court métrage en 2017.

Du 15 au 19 mars, quelque 35 films seront présentés au public jeunesse du festival REGARD. L'équipe du volet jeunesse de l'événement a visionné quelque 800 courts métrages en provenance de partout dans le monde afin de composer une programmation qui saura plaire aux jeunes, les divertir, mais aussi susciter les réactions et les discussions.

« On est des chasseuses de perles. On va présenter des films coups de coeur, provenant de nombreux pays, on va voyager », promet Sylvie Poisson, programmatrice jeunesse du festival.

Pendant REGARD, entre 2500 et 3000 jeunes auront accès aux films sélectionnés. « Les projections scolaires et jeunesses sont le lieu de découvertes du format court et du cinéma international. Ces activités participent évidemment à faire du public jeunesse de REGARD un groupe de spectateurs vigilants, attentifs, curieux, intéressés et connaisseurs », souligne la programmatrice.

Pour une première fois, un programme intitulé « On va aux vues », destiné aux 13 à 17 ans, sera aussi offert. Les séances seront animées par le comédien originaire de la région, Félix-Antoine Tremblay (Frank dans Le Chalet). Un film réalisé par des jeunes du programme Arts et métiers de la scène et un documentaire réalisé par un élève de la Polyvalente de Kénogami feront aussi partie de la programmation.

« La force de REGARD, c'est qu'on voit des films, mais on vit aussi une expérience. Il y a de l'animation pour les différents groupes d'âge. Les jeunes vivent une effervescence. Ils vivent quelque chose qui va au-delà des films. C'est festif, il y a une magie », assure Marilyne Renaud, adjointe jeunesse. « On veut provoquer des discussions en famille, à l'école, sur l'identité. On n'est pas juste dans le loisir », ajoute Sylvie Poisson.

Au cours du festival, le programme « P'tites vues en famille » permettra aux enfants de 3 ans et plus de visionner douze films en provenance de partout dans le monde. Les projections, animées par les personnages Phil et Ciné, auront lieu le samedi 18 mars à la Salle François-Brassard de Jonquière et dimanche 19 mars au Théâtre Banque Nationale.

Les enfants de 8 ans et plus auront aussi droit aux Grandes vues, une programmation spécialement conçue pour eux également offerte le samedi et dimanche.

Pour une deuxième année, le volet jeunesse est compétitif. Un jury Jeunes cinéphiles a été formé. Il est composé de Megane Tremblay, Béatrice Fortin et Gabrielle Dion, trois étudiantes de cinquième secondaire de la Polyvalente Jonquière, sous la supervision du professeur Guillaume Tremblay.

« Pendant la relâche, ces jeunes vont visionner 35 films et déterminer à qui sera remis le Prix Jeunesse de 1000 $ offert par la Régie du cinéma », explique Sylvie Poisson.

Hors festival

L'équipe de REGARD est aussi grandement active auprès du jeune public en dehors de la semaine de festivités. En 2016, plus de 8032 jeunes de la maternelle au cinquième secondaire ont été mis en contact avec le court métrage.

« On va de L'Anse-Saint-Jean à Dolbeau-Mistassini et même à Chibougamau », confirme Marilyne Renaud.

Les activités jeunesse hors festival permettront de rejoindre près de 8000 élèves de plus de 46 écoles différentes au cours de l'année en cours.

« C'est un développement progressif des écoles. Chaque année, l'effet bouche-à-oreille se fait aussi sentir. D'ailleurs, il est toujours temps pour les écoles de s'inscrire via le web afin de recevoir des gens de l'équipe pour un visionnement ou des ateliers », souligne Annie Larouche, coordonnatrice du volet jeunesse.

« Ce qu'on fait, c'est plus que présenter des films. Le cinéma est une bonne porte d'entrée sur la culture pour les jeunes. On veut développer leur esprit critique, provoquer des discussions en classe », conclut Sylvie Poisson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer