Ma première fois: un plaisir renouvelé

Mathieu Cyr, Marie-Lyne Joncas, Martin Vachon et Roxane... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Mathieu Cyr, Marie-Lyne Joncas, Martin Vachon et Roxane Bourdages forment une équipe redoutablement efficace dans le cadre de la pièce Ma première fois. Après avoir joué vendredi soir, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, ils se produiront samedi à 20h, à la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Il est loin, le temps où l'une des pièces les plus populaires à Londres avait pour titre No sex please, we're British. Des personnes affichant une telle réticence, c'est devenu aussi rare qu'un Rambler American dans nos rues, même au Royaume-Uni. Les moeurs ont évolué et pour le mesurer, il suffit d'assister à une représentation de la comédie Ma première fois.

Cette pièce créée par Ken Davenport, à partir de 40 000 témoignages recueillis sur un blogue, est de retour dans la région et son succès ne se dément pas. Vendredi soir, une belle foule, débordant jusqu'au palier supérieur du Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, a accueilli avec enthousiasme la version québécoise proposée par Diffusion Saguenay. Et nul doute que samedi à 20h, le même phénomène se reproduira à la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini.

Il y aura même une couleur particulière à cet endroit puisque l'une des interprètes, Marie-Lyne Joncas, est originaire de Roberval. Affichant un bel aplomb, même quand elle campe une femme de 20 ans déçue par son expérience avec un demeuré bien bâti, cette humoriste évolue aux côtés de Mathieu Cyr, Roxane Bourdages et Martin Vachon, qu'on voit aussi dans le téléroman Mémoires vives.

À eux quatre, ils abordent toutes les dimensions de la première fois: les lieux, les attributs physiques du partenaire, les joies du vol solo et celles que procurent les personnes de même sexe. Sur ce registre, la vignette la plus drôle fut celle où Mathieu Cyr a raconté comment, de manière totalement imprévue, son personnage a été attiré par un fan de Lady Gaga incarné par Martin Vachon.

Au lieu de l'embrasser «normalement», Cyr s'est jeté sur le visage de son partenaire avec une fougue qui ne figurait pas dans la mise en scène concoctée par Jasmin Roy. «On s'est embrassés un bon moment, plus longtemps que d'habitude, a lancé Martin Vachon, l'air incrédule. Tu m'as liché l'oeil!» Il a eu sa revanche en voyant l'autre se taper un méga blanc pendant que les spectateurs savouraient ce joli moment de vérité.

Une autre source de rires fut la lecture des confidences recueillies dans le hall. La meilleure est venue de Julie, une femme à la virginité récurrente. «Ça fait tellement longtemps que je n'ai pas baisé, je crois que je suis redevenue vierge», a-t-elle écrit. Le plus étonnant est qu'on a pu mettre un visage sur le nom, puisqu'elle s'est identifiée lorsque les comédiens ont cherché à connaître l'auteure de cette révélation.

Si drôle soit-elle, cependant, la pièce comprend des épisodes rappelant que le sexe peut se révéler mortifère. Elle livre aussi des statistiques pertinentes, notamment sur la proportion de femmes ayant vécu leur première fois malgré elles. Mais le ton redevient vite égrillard, si bien qu'au moment de quitter la salle, on a la tête remplie d'images improbables sur lesquelles chacun est libre d'épingler ses souvenirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer