• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Festival de musique du Royaume: musiciens et chanteurs interpellés 

Festival de musique du Royaume: musiciens et chanteurs interpellés

Le moment est venu de s'inscrire en prévision... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le moment est venu de s'inscrire en prévision du Festival de musique du Royaume, rappelle le président et directeur général de cet événement, Louis Mercier.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Il reste quelques jours pour s'inscrire en prévision du 26e Festival de musique du Royaume, un concours qui aura lieu à Saguenay, du 14 avril au 6 mai. Tant les solistes que les ensembles inscrits dans une école doivent soumettre leur dossier d'ici au 27 janvier, grâce au formulaire disponible à l'adresse internet www.festivalduroyaume.com. Les retardataires pourront se manifester après cette date, mais subiront une pénalité de 10$.

Comme c'est devenu la coutume, ils sont peu nombreux, ceux qui confirment leur participation de bonne heure. Vendredi dernier, ils n'étaient que quatre à l'avoir fait, alors que le comité organisateur espère ouvrir 325 dossiers, ce qui correspondrait à la moyenne des dernières années. «Aujourd'hui, on compose bien avec ça. On comprend que les gens sont à la dernière minute», fait observer Louis Mercier, président et directeur général du festival.

Les catégories demeurent les mêmes, ce qui ouvre la porte aux adeptes de la chanson populaire, autant qu'aux amateurs de musique classique. Précisons que le concours est ouvert aux personnes du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, exception faite de la catégorie Virtuose, la plus relevée, qui accueille des artistes de l'ensemble du Québec.

«C'est dans ce contexte que nous avons reçu le pianiste Charles Richard-Hamelin, qui n'avait pas décroché le premier prix. Ceux qui assistent aux finales chez les Virtuoses réalisent que la qualité des interprétations est impressionnante. Elle se rapproche du niveau professionnel», fait remarquer Louis Mercier.

À l'autre bout du spectre, il encourage les chanteurs et musiciens qui n'ont jamais tenté leur chance au concours de briser la glace. Même si leurs ambitions sont modestes, même s'ils entretiennent des doutes à propos de leurs capacités, cette expérience pourra se révéler enrichissante à plus d'un titre, ne serait-ce qu'au plan personnel.

«C'est l'occasion de voir des juges professionnels émettre des commentaires constructifs et d'apprendre à composer avec le stress, puisque jouer sur une scène, ce n'est pas la même chose que de travailler en classe, explique Louis Mercier. En même temps, gagner le grand prix n'est pas essentiel. Il suffit de participer en donnant le meilleur de soi-même.»

À propos des prix, signalons qu'ils atteindront une valeur de 30 000$ cette année, ce qui comprend des bourses, ainsi que les rabais accordés par cinq camps musicaux du Québec. Quant au coût des inscriptions, ils oscillent entre 35$ et 60$ pour les solistes, ainsi que 40$ à 80$ pour les ensembles.

«Comparativement à d'autres concours, c'est abordable», estime Louis Mercier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer