Un informaticien artiste

Marc Tremblay présente l'exposition Corps et poussières d'étoile,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Marc Tremblay présente l'exposition Corps et poussières d'étoile, l'énergie du vide à la Galerie d'art du Cégep de Jonquière jusqu'au 31 janvier.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Marc Tremblay a étudié en informatique, puis en arts. Depuis des années, il oeuvre à titre de technicien en travaux pratiques le jour, puis sort crayons et pinceaux le soir. Aujourd'hui, il a trouvé une façon de marier le tout.

Il utilise les compétences acquises en informatique au fil des ans et les met au profit de l'art. Le fruit de son labeur est exposé à la Galerie d'art de la bibliothèque du Cégep de Jonquière, dans l'exposition Corps et poussières d'étoile, l'énergie du vide, présentée jusqu'au 31 janvier.

L'art fait partie de la vie de Marc Tremblay depuis toujours. Pendant ses études en informatique, il était attiré par le graphisme. Il a ensuite complété un baccalauréat en arts. Il a tenté de vivre de ses créations pendant quelques années. Il a exposé à différents endroits, mais chaque fois, il avait l'impression qu'il manquait quelque chose pour que ça fonctionne. Après quelques années à essayer de trouver son médium et son style, il a bifurqué vers le multimédia.

Depuis plusieurs années, il assiste d'un point de vue technique les étudiants du Cégep de Jonquière. Malgré un emploi du temps chargé, il a toujours poursuivi sa pratique artistique, sous diverses formes, en parallèle. «J'ai fait de la peinture, de la bande dessinée, du court métrage, de l'illustration», énumère-t-il.

Il y a environ quatre ans, il s'est remis à peindre, mais cette fois, avec de la peinture digitale. «J'ai changé mes sujets. C'était expérimental. J'ai eu de bons commentaires. Ça m'a poussé et permis de cheminer.»

Il peint avec des pinceaux physiques sur une tablette. «C'est de la peinture numérique. Ça se travaille comme de la peinture traditionnelle», explique-t-il, soulignant tout de même que beaucoup de travail a été nécessaire afin de maîtriser la technique de plus en plus utilisée à travers le monde.

«Ça prend du temps pour que le lien se fasse entre le mouvement que l'on fait avec le pinceau et ce qu'on voit sur l'écran. Il a aussi fallu trouver mon style. J'y suis arrivé après trois heures de pratique par soir pendant cinq ans.»

Ses créations sont imprimées sur toile, puis vernies. Le corps est très présent dans ses oeuvres.

Derrière eux, des couleurs vibrantes dansent sur la toile. L'artiste recherche avant tout l'expression du corps dans une oeuvre décalant la réalité. Il est inspiré par l'astrophysique qui le passionne. Marc Tremblay aime jouer avec la superposition, le décalage, la transparence. «Les corps que je représente dans leur beauté, je les exprime sur les couleurs de l'univers comme autant de nébuleuses explosives.»

Le travail de l'artiste de Chicoutimi dont la forme est aussi contemporaine que le fond est très bien reçu jusqu'à présent. Au cours des derniers mois, ses toiles ont été exposées à Québec et à Montréal, ainsi qu'à Chicoutimi. Elles seront de nouveau présentées dans la Vieille capitale en février et dans la métropole en mars.

«J'ai un bon rythme cette année. J'espère être sur une belle lancée. Je reçois un bon accueil en général. Mon but, c'est d'aller ailleurs, d'exporter mes toiles.»

Peu importe la suite des choses, Marc Tremblay compte bien poursuivre son travail de technicien. Occuper un emploi dans le domaine de l'informatique lui permet de se réaliser pleinement. «Je ne produis pas bien quand je n'ai pas de sécurité financière. La stabilité d'emploi me permet de créer sans pression. Je me sens à l'aise, je produis ce dont j'ai envie.»

D'ailleurs, il a enfin l'impression d'être au bon endroit. «J'ai mis le doigt sur ce que je veux faire. Ç'a été long, je me suis cherché longtemps. J'ai l'impression que je touche enfin à ce que j'espérais. On dirait que tout se met en place. Je suis enfin là où je voulais être. C'est un soulagement.»

Il est possible de découvrir les oeuvres de Marc Trembay et d'en apprendre davantage sur ses projets en visitant le marcportfolio.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer