• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > L'Osstidtour s'arrêtera à Chicoutimi samedi soir 

L'Osstidtour s'arrêtera à Chicoutimi samedi soir

C'est Koriass qui a donné son nom à... (Courtoisie)

Agrandir

C'est Koriass qui a donné son nom à L'Osstidtour, un spectacle qu'il ne faut pas confondre avec L'Osstischo, de lointaine mémoire.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Tout a commencé par une boutade, raconte Snail Kid, alias Grégory Beaudin, membre du trio Brown, ainsi que des Dead Obies. «Lors d'un spectacle présenté aux Francofolies, auquel nous participions, Koriass a lancé que nous étions les nouveaux Charlebois. C'était une blague, mais compte tenu de l'effervescence des jeunes autour du rap, il y a du vrai là-dedans», a-t-il mentionné récemment, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Présent à L'Entrée Club de Chicoutimi samedi soir,... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Présent à L'Entrée Club de Chicoutimi samedi soir, le trio Brown réunit un père et ses deux fils. Ils font du hip-hop dans lequel on retrouve une touche de reggae.

Courtoisie

Il semble que des vieux de la vieille n'ont pas apprécié, cependant. Des gens qui ont vu L'Osstidsho à la fin des années 1960, alors que le grand Robert, flanqué de Louise Forestier et Yvon Deschamps, avait administré un électrochoc à la chanson québécoise. Koriass avait encore cette réaction en tête au moment de baptiser la tournée qu'il effectue en compagnie de Brown et la formation Alaclair Ensemble. C'est ainsi qu'est né L'Osstidtour.

Cette production initiée par les Disques 7ème Ciel, à laquelle les trois partenaires sont associés, prend la forme de 12 spectacles présentés du 12 novembre au 4 février. La pause des Fêtes étant terminée, les artistes reprennent du service le 14 janvier à 20h, à L'Entrée Club de Chicoutimi. Invités par les Productions de l'Ours, chacun d'eux fera son tour sur scène, à commencer par Brown, qui n'a jamais joué au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Nous aurons droit à une quarantaine de minutes et nous en profiterons pour nous faire connaître, affirme Grégory Beaudin. Notre projet est le plus récent du lot et à chaque fois que nous rencontrons un nouveau public, la réception est bonne. Les gens sont à la fois surpris et chaleureux. Ils n'ont pas vu souvent ce genre de chose.»

Ce qui est particulier, c'est le fait que lui et son frère Jam oeuvrent en compagnie de leur père, Robin Kerr. Leur hip-hop se marie à ses racines reggae, plantées bien creux dans la terre jamaïcaine qui est aussi celle de ses ancêtres. «Sans sauter comme dans un spectacle des Dead Obies, les gens sont attentifs. Ils trouvent ça intéressant», se réjouit Snail Kid.

Koriass prendra le relais pendant une heure, tout comme Alaclair Ensemble et son hip-hop où filtre un zeste de folklore. On parle donc d'un menu copieux et bien sûr, il y aura des interactions, jamais les mêmes d'une ville à l'autre. «Souvent, à la fin de la soirée, on se retrouve à 14 ou 15 sur la scène. Comme c'est dur d'harmoniser ensemble, on a recours à une formule jazz. On se passe on certain nombre de mesures», décrit le rappeur

Le groupe Alaclair Ensemble clôturera le spectacle présenté... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Le groupe Alaclair Ensemble clôturera le spectacle présenté samedi soir, à L'Entrée Club de Chicoutimi.

Courtoisie

Les Productions de l'Ours élargissent leur mandat

Deux choses provoquent l'étonnement à propos de L'Osstidtour. Il y a le fait que ce spectacle présenté par les Productions de l'Ours aura lieu à L'Entrée Club de Chicoutimi, plutôt qu'au Sous-Bois, samedi soir. En même temps, ses couleurs hip-hop tranchent avec les productions offertes par le diffuseur, lesquelles épousent généralement des accents rock.

Dans le premier cas, l'explication fournie par Martin Girard, coordonnateur culturel au Sous-Bois, témoigne d'un désir de sortir des cadres familiers. «Nous avons pris l'engagement d'offrir des spectacles hors-les-murs, comme nous l'avons fait il y a quelques mois, lorsque le groupe Mordicus s'est produit à L'Entrée. C'est une manière de créer de l'animation au centre-ville», énonce-t-il.

Ça adonnait bien, puisque L'Osstidtour aurait été à l'étroit au Sous-Bois, qui ne peut accueillir qu'une centaine de personnes. C'est trois fois moins qu'à l'intérieur du restaurant qui, le temps d'une soirée, fera l'impasse sur ses activités habituelles pour mieux servir les fans d'Alaclair Ensemble, Brown et Korisass. Les billets étant vendus au coût modique de 25 $, on anticipe une bonne foule, possiblement une salle comble.

La réponse du public fait justement partie de l'équation, ce qui nous mène au deuxième sujet d'étonnement. La scène hip-hop a connu de beaux jours au Saguenay, mais depuis quelques années, c'est tranquille en matière de diffusion. S'appuyant sur le fait que l'offre est inférieure à la demande, Martin Girard affirme que l'événement de samedi ne constituera pas un fait isolé.

«Ça marche bien, le hip-hop, et comme personne n'en présente ici, nous essaierons de combler un vide», annonce-t-il. C'est dans cette perspective, entre autres, que les Dead Obies atterriront au Sous-Bois, les 4 et 5 mars. Le premier soir, on affiche déjà complet, ce qui a entraîné l'ajout d'une date pour laquelle il reste des places. Puisque cette supplémentaire tombe un dimanche, veuillez noter que le groupe jouera plus tôt, soit à 20h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer