Au-delà du rendu esthétique

Dans la salle d'exposition du Centre national d'exposition... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Dans la salle d'exposition du Centre national d'exposition de Jonquière, Catherine Bouchard présente le fruit de son travail de réflexion étalé sur une année.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

En septembre 2015, Catherine Bouchard prenait un engagement. Pendant un an, elle penserait à une femme brisée par jour. Un peu plus de 365 jours plus tard, l'étudiante de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) présente le fruit de sa démarche, une exposition de fin de maîtrise en transmission des arts lourde de sens.

L'exposition Projet 365: transformer la démesure est présentée au Centre national d'exposition (CNE) de Jonquière jusqu'au 15 janvier. L'exposition est le fruit de la réunion d'archives, d'une installation et d'une vidéo mettant en scène des chèvres.

Catherine Bouchard a publié son engagement dans Le Quotidien du 4 octobre 2015. Son projet a ensuite pris une forme quotidienne.

Pendant un an, la bachelière en enseignement des arts a répertorié tous les éléments qui ont nourri une minute de réflexion par jour. Dans la salle du CNE, elle présente quatre grands panneaux transparents, sur lesquels elle a écrit le nom de chaque femme ou groupe de femmes à qui elle a pensé, ainsi que le titre du texte ou de la photo qui y est associé.

Ainsi, le visiteur peut, en dates et en quelques mots, faire un survol des événements marquants ou plus personnels qui ont touché l'artiste. Les noms de jeunes fugueuses, d'enfants objet d'alerte AMBER, de victimes de violence et de trafic humain, côtoient ceux de «Annie» ou «Monique».

Devant les faits d'actualité parfois difficiles, Catherine Bouchard a transformé la démesure en expérience personnelle partagée à la collectivité.

Dans la salle du CNE, plusieurs cocons de feutre ont été suspendus les uns près des autres. Ensemble, ils créent une forme blanche qui rappelle un oiseau ou un grand cerf-volant.

Quant à elle, une vidéo de près de cinq minutes, intitulée Matière, met en scène des chèvres, lien avec la matière qui a permis de fabriquer les cocons blancs.

Projet 365: transformer la démesure est une exposition de fond, plus que de forme, car au-delà du rendu esthétique présenté en salle, c'est toute la démarche derrière la première exposition individuelle de Catherine Bouchard qui importe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer