Le rêve des Grands Ballets

Pendant le temps des fêtes, la ballerine originaire... (Photo courtoisie)

Agrandir

Pendant le temps des fêtes, la ballerine originaire de Larouche, Meggie Cloutier Hamel, a pu réaliser l'un de ses rêves. Elle a en effet participé à neuf représentations de Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une jeune danseuse originaire de la région, Meggie Cloutier Hamel, a pu réaliser l'un de ses rêves pendant le temps des Fêtes. Elle a interprété l'un des anges dans le ballet Casse-Noisette, des Grands Ballets Canadiens de Montréal. Selon l'adolescente, il s'agit d'une expérience extrêmement enrichissante.

La ballerine n'a que de bons commentaires lorsqu'elle parle de son expérience. «Ç'a toujours été un rêve de danser avec les Grands Ballets, affirme-t-elle d'emblée. C'est un rêve qui se réalise. C'est vraiment fou!»

Que ce soit les costumes, «lourds, mais extrêmement beaux», selon elle, l'esprit du temps des Fêtes amené par le spectacle, les grands danseurs avec qui elle partage la scène ou la réaction du public qui apprécie toujours ce ballet, elle a tout aimé.

«C'est vrai qu'on danse pour nous, mais la danse, c'est aussi une performance. Quand le public aime ce qu'on présente, c'est toujours plus plaisant!», ajoute-t-elle.

La jeune ballerine croit également que les liens qu'elle a pu créer avec les autres danseurs ont ajouté au bonheur qu'elle a eu à réaliser cette expérience. «On passe trois mois avec des personnes qu'on ne connaît pas vraiment, sauf qu'on finit vraiment par créer de belles amitiés. Les beaux liens qu'on a nous aident à ne pas lâcher, parce que le rythme est assez intense. C'est plus facile, car on s'encourage tous les uns les autres», raconte Meggie Cloutier Hamel.

En effet, les répétitions et les représentations de Casse-Noisette n'ont pas été de tout repos, assure-t-elle. «En même temps qu'on faisait les répétitions, j'étais en période d'examens de mi-année. Je faisais également neuf spectacles, ce qui est assez intense! Mais je crois que je m'en suis bien sortie!», poursuit-elle.

Meggie Cloutier Hamel interprétait le même rôle qu'elle avait campé dans la production du même ballet mis sur pied par l'école de danse le Prisme culturel, où la jeune femme a réalisé ses premiers pas de danse.

«C'est presque symbolique, je trouve. C'est comme si je commence une nouvelle étape dans ma vie avec un rôle que j'ai déjà fait, mais à un niveau supérieur», explique la ballerine originaire de Larouche.

La jeune femme, qui étudie à l'École supérieure de ballet du Québec, assure qu'elle va se présenter aux prochaines auditions de Casse-Noisette. «J'aimerais auditionner pour le rôle des Orientales, parce que c'est un de mes rêves de l'interpréter. Sinon, c'est certain que j'adorerais faire l'un des rôles principaux, comme la Fée Dragée», mentionne Meggie Cloutier Hamel.

Par ailleurs, la ballerine explique qu'elle fait face à un certain dilemme, puisqu'elle doit choisir entre auditionner pour le Ballet Ouest, qui lui permettrait d'avoir des rôles plus importants, ou continuer à auditionner pour les Grands Ballets, où elle pourrait côtoyer de grands danseurs de très haut niveau.

La prochaine année sera également très chargée pour Meggie Cloutier Hamel, qui mentionne qu'en rentrant du congé des Fêtes, elle devra se concentrer sur le spectacle de fin d'année de son école, qui est assez important, en plus d'une chorégraphie qu'elle présenterait avec une de ses amies à la compétition Secondaire en spectacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer