« Un homme d'une très grande qualité »

Cette photo a été prise lors du 30e... (Archives La Presse, Édouard Plante-Fréchette)

Agrandir

Cette photo a été prise lors du 30e gala Juste pour rire. Dominique Lévesque et ses complices du Groupe sanguin avaient renoué pour l'occasion.

Archives La Presse, Édouard Plante-Fréchette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

«Un homme d'une générosité sans borne. Un homme d'une très grande qualité. J'ai de la difficulté à encaisser le choc. La nouvelle de sa mort a été comme un coup de masse.»

L'enseignant retraité Pierre-Paul Legendre a fait la connaissance de Dominique Lévesque en 1976, au Cégep de Jonquière. Un véritable coup de foudre d'amitié, décrit celui qui a côtoyé l'humoriste durant neuf ans.

Les deux hommes ont été engagés en même temps au Cégep de Jonquière. Pierre-Paul Legendre était professeur de français et Dominique Lévesque enseignait le théâtre. Ensemble, ils ont monté plusieurs projets théâtraux et ont partagé de nombreux moments qui restent gravés dans la mémoire de Pierre-Paul Legendre.

«Nous étions deux beaux fous ensemble!», se souvient Pierre-Paul Legendre, visiblement attristé par la mort de son vieil ami.

Dominique Lévesque aura été professeur à Jonquière jusqu'en 1986. Nul doute, l'humoriste a laissé sa marque dans la vie de M. Legendre.

«Dominique Lévesque était un être exceptionnel. Il a marqué ma vie et quelque chose en moi est parti lorsque j'ai appris la nouvelle. Nous avions une réelle et profonde amitié et nous avons toujours gardé contact. Dominique était un homme tellement bon, un homme doté d'une intelligence et d'une créativité nettement au-dessus de la moyenne», raconte M. Legendre, lorsque rencontré mardi soir par la journaliste du Quotidien.

L'enseignant à la retraite a assisté à la transformation du professeur en humoriste, au milieu des années 80. «Il avait toujours été passionné par le monde du spectacle, mais il était aussi passionné par l'enseignement. D'ailleurs, ses étudiants étaient fous de lui!», lance M. Legendre, qui a continué de suivre la carrière de son ami à distance. Il se rendra aux funérailles de Dominique Lévesque sans hésitation.

Jacques Sergerie, qui oeuvrait dans le domaine de l'audiovisuel au Cégep de Jonquière lors de la formation du Groupe Sanguin, se souvient très bien de Dominique Lévesque.

«Il avait formé une ligue d'improvisation en compagnie de Dany Turcotte et de Marie-Lise Pilote, entre autres. Ensuite est né le Groupe Sanguin, qui se produisait au début au Café-Théâtre Côté-Cour», se rappelle M. Sergerie, qui a côtoyé Dominique Lévesque durant quelques années.

«Nous avions produit une vidéo pour le ministère de l'Éducation sur les méthodes de recherche d'emplois. Ce n'était pas un sujet facile et c'était tout de même tordant. Nous avions d'ailleurs remporté le Prix du ministre avec ce projet», raconte Jacques Sergerie, qui garde d'excellents souvenirs de l'humoriste.

«Je vous mets au défi de trouver une seule personne qui ne dira pas de bien de Dominique! C'était un homme excessivement généreux et il était surdoué. Un prof de théâtre que les élèves adoraient. Ça m'a vraiment fait beaucoup de peine lorsque j'ai appris son décès. Si vous me demandiez de nommer cinq personnes qui ont influencé mon parcours, Dominique Lévesque serait parmi elles. C'était une personne qui était toujours derrière quelqu'un d'autre pour le faire grandir», a affirmé M. Sergerie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer