Voix multiples pour Sainte-Anne

Gaétan et Julie Bergeron... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Gaétan et Julie Bergeron

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Deux groupes différents, l'Ensemble Octavio et les élèves du professeur de chant Julie Bergeron, uniront leurs efforts dimanche à 14 h, à l'occasion d'un concert présenté en l'église Sainte-Anne de Chicoutimi-Nord. Parfois ensemble, parfois séparément, ils aideront la fabrique à financer ses activités, tout en abordant le répertoire des Fêtes sous un angle différent.

« Notre groupe ne constitue pas une chorale. Nous ne faisons que les refrains ensemble, entrecoupés par des solos, a décrit Julie Bergeron il y a quelques jours, lors d'une entrevue accordée au Quotidien. Notre partie du programme sera composée de chansons de Noël dont les arrangements ont été modernisés par des artistes populaires. »

Elle donne l'exemple de Last Christmas, revisité par Taylor Swift, ainsi que du Blue Christmas d'Elvis Presley, revu et corrigé par Lady Antebellum. De telles expériences aident ses élèves à prendre de l'assurance, tout en faisant vivre de bons moments au public. Cette fois-ci, ils seront six sur la scène, ce qui représente la moitié des élèves formés par les Productions Alliance Musik Art.

« L'un de mes objectifs consiste à monter des comédies musicales comme Les cachettes Paulette, une oeuvre à moi que nous avons reprise le mois dernier, au Côté-Cour de Jonquière. Je veux en faire une par année, en plus de préparer des concours avec les personnes qui le désirent. Il y a tellement de talent dans cette région », s'émerveille Julie Bergeron.

Un nouveau chanteur

De son côté, l'Ensemble Octavio pigera dans son vaste répertoire, lequel comprend des titres comme Bridge Over Troubled Water, The Rose et What A Wonderful World, l'immortelle de Louis Armstrong. Ce ne sont pas des airs des Fêtes à proprement parler, mais les thèmes qui sont abordés, l'humanité que laissent filtrer les textes, dégagent des tonalités similaires.

Quelques pièces seront livrées a cappella, alors que d'autres seront rehaussées par une bande sonore, ou encore le jeu de Guylaine Desgagné au piano. Ce concert sera significatif pour la formation saguenéenne, puisqu'il marquera les débuts sur scène de Marc-André Paré. Arrivé il y a quelques mois, il chantera aux côtés de Pierre Decelles, Karl Tremblay et Gaétan Bergeron, présents depuis la naissance du quatuor vocal, il y a dix ans.

« Pour chanter à l'unisson comme nous en avons l'habitude, il faut ça marche au quart de tour. C'est ainsi que lorsqu'un gars comme Marc-André se joint au groupe, il doit apprendre à respirer comme nous, à moduler comme nous. Il a dû assimiler notre programme de manière intensive », fait remarquer Gaétan Bergeron.

Parmi les quatre ou cinq pièces qui réuniront les deux formations, dimanche, on remarque le traditionnel Minuit, chrétiens, dont on peut deviner qu'il différera des versions viriles entonnées le 24 décembre. Pour voir à quoi ressemble ce maillage de voix féminines et masculines, il suffira de se pointer à l'église et d'acheter un billet au coût de 10 $ l'unité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer