Dernière chance de voir Sur la Terre

Les fans de Pierre Flynn pourront voir le... (Archives Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les fans de Pierre Flynn pourront voir le spectacle Sur la Terre vendredi, alors que le chanteur fera escale à la Salle Michel-Côté d'Alma avec ce qu'il appelle son «petit band de course».

Archives Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

La tournée Sur la Terre arrive au bout de sa course, un an après la sortie de l'album du même nom. Ceux qui souhaitent voir ce spectacle dans la région devront donc se hâter, puisque Pierre Flynn et ses musiciens feront escale vendredi à 20 h, à la Salle Michel-Côté d'Alma. Après, il sera trop tard pour découvrir ses nouvelles chansons dans leur version scénique, ainsi qu'une poignée d'anciennes remontant jusqu'aux années Octobre.

Ce que le public découvrira ce soir-là, c'est le plaisir que l'artiste ressent à force de côtoyer son vieux complice Mario Légaré (basse), le batteur José Major et le guitariste André Papanicolaou. «J'ai un petit band de course. J'aime encore jouer en solo, mais c'est l'fun de retrouver le feeling de faire de la musique à plusieurs», a-t-il confié mardi, à l'occasion d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

La force du groupe s'exprime de plusieurs façons. Lors des répétitions, par exemple, il n'était pas envisagé de reprendre Sur la route. «Je l'avais chantée tellement souvent que je ne savais plus par quel bout la prendre. Or, pendant que je regardais quelque chose dans mon portable, les gars l'ont faite dans mon dos, d'une certaine manière, et j'ai trouvé ça vraiment bon. C'est ainsi que je l'ai intégrée au spectacle», raconte Pierre Flynn.

Un autre accident heureux est survenu quand Mario Légaré a troqué sa basse pour une guitare, le temps de s'attaquer à Croire. Cette pièce est chère aux yeux de son auteur, mais sachant qu'elle est peu connue, il hésitait à lui redonner vie. Le flash de son camarade lui a ouvert une porte dans laquelle deux guitares ont pu s'engouffrer.

Parlant de cet instrument, Pierre Flynn ne l'a jamais utilisé aussi souvent sur scène. Tout en continuant de privilégier le piano, il en joue sur plusieurs pièces, adressant ainsi un joli pied de nez au destin. «Je suis un guitariste frustré, reconnaît-il. J'ai de petites mains et, à mes débuts, alors que je faisais partie d'un groupe, j'avais de la misère avec certains accords. Mes collègues m'avaient suggéré de passer au piano.»

Fier de l'album Sur la Terre, dont la sortie avait mis fin à une longue, très longue attente, Pierre Flynn a été réconforté par l'accueil qu'on lui a réservé. La tournée a aussi constitué une source de contentement pour le vétéran qui, à l'origine, entretenait de modestes attentes. «Je suis rendu à 60 spectacles et je ne pensais pas en donner autant, souligne l'invité de Ville d'Alma Spectacles. Je me sens privilégié.»

De retour à l'écriture dans un proche avenir

Pierre Flynn remplacera Daniel Lavoie en mars, dans le cadre du spectacle Piaf a 100 ans. Il participera également au concert Brel Symphonique, un projet de l'Orchestre symphonique de Montréal qui se matérialisera en avril, à la faveur de trois sorties effectuées à la Maison symphonique. Ensuite, hormis quelques sorties en solo, son agenda sera plus dégagé, une perspective qui lui sourit.

«Je pourrai me garder du temps pour rêvasser, pour m'installer devant mon piano et recommencer à écrire des chansons. Il ne faut pas laisser retomber ça. Je dois battre le fer pour ne pas tomber dans un long silence comme celui que j'ai connu avant de créer l'album Sur la Terre», affirme l'ancien leader du groupe Octobre.

Il fait référence à l'une des disettes les plus étendues de l'ère moderne, du moins à l'échelle du Québec. À l'exception de Michel Pagliaro, dont la série court toujours, aucun artiste de son calibre n'a laissé filer autant de cycles lunaires avant de produire de nouvelles chansons. Une tournée en solo l'avait tenu occupé, parallèlement à quelques projets collectifs, mais rien ne l'avait poussé à prendre la plume.

«Il y a eu un hommage à Brel et la comédie musicale Dracula, ainsi que la plus belle aventure de gang que j'ai eu la chance de vivre, Les 12 hommes rapaillés», précise le chanteur. Rappelons qu'au cours de cette période, il avait également chanté dans Nelligan, à l'invitation de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Tout en planchant sur un album de compositions originales, Pierre Flynn profitera du retour au calme pour jeter un oeil sur le catalogue du groupe Octobre. Une compilation a été commercialisée il y a une vingtaine d'années, laquelle est toujours disponible, mais d'autres enregistrements pourraient offrir aux fans une perspective différente.

«Parmi les albums originaux, on me parle de Chants dans la nuit, dont les droits appartiennent à la compagnie Sony et qui pourrait justifier une nouvelle parution. Il y a aussi deux spectacles que nous avons donnés à Montréal et Québec. Ils ont été conservés et peut-être qu'on devrait sortir ça», laisse entendre le chanteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer