Alain-François cassera l'année à La Baie

Alain-François présente son nouvel album.... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Alain-François présente son nouvel album.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Si vous souhaitez casser la nouvelle année en affichant un large sourire, sachez qu'Alain-François se produira Au Vieux Théâtre de La Baie, le 31 décembre. Flanqué du groupe Train d'Enfer, qu'il a côtoyé - et apprécié - à l'occasion des Grandes Veillées, le chanteur et violoneux originaire de Victoriaville en profitera pour étrenner quelques pièces de l'album La fête !, son petit dernier.

« Ce sera un super spectacle, le jour de l'An au tapis, a promis l'artiste il y a quelques jours, lors de son passage au journal. Je vais jouer avec Train d'Enfer et les gens verront plein de nouvelles choses, à commencer par le décor et les effets spéciaux obtenus grâce à l'éclairage LED, aux UV et au  black light qui va envelopper mon violon. Il y aura aussi un numéro de percussions faisant intervenir des pelles à neige. »

Comme de raison, il reprendra La tête de lit, l'une de ses incontournables, en plus d'intégrer quelques airs des Fêtes. De larges tranches du nouveau disque seront également servies au public, qui aura l'option de venir seulement pour le spectacle ou de faire coup double en ajoutant le souper. Peut-être que certaines personnes se reconnaîtront sur la pochette, puisqu'elle montre une photographie en noir et blanc captée l'été dernier, aux Grandes Veillées.

« J'ai demandé à Laurent Silvani de la prendre au cours de mon spectacle. Je me suis juste viré de bord et les gens de La Baie ont bien réagi, comme le laisse voir la photo. Il s'est développé une belle complicité entre eux et moi », se réjouit Alain-François. Pour rester dans la thématique live, il a ajouté des cris et des applaudissements aux pièces enregistrées en studio. Ils ont été captés dans son sous-sol, lors d'une soirée privée.

Quant au menu, il comprend une part de reprises et une part de compositions originales, le trait commun étant leurs habits trad. Parmi les titres qui ont été déterrés, on remarque Le frigidaire de Tex Lecor, ainsi que Mon oncle Edmond, l'un des succès de Jean Lapointe. « Ça permet de redécouvrir des perles du répertoire québécois. C'est un mandat que je me donne », indique Alain-François.

Une autre de ses habitudes consiste à évoquer des faits de société sur le mode de l'humour. Ainsi le voit-on aux prises avec une machine dans Chanson à répondre, alors qu'il tente de régler un problème en utilisant son téléphone. Dans la même foulée, Gaulin immortalise le batteur Francis Gaulin, dont le désir de fréquenter les médias sociaux est insatiable. « On rit parce que des fois, en spectacle, le « drum » ne part pas », lance son collègue d'un ton amusé.

Preuve que l'album représente un concentré de bonheur, la première plage, Le reel à Lou, porte le nom de la fille d'Alain-François. Cet honneur lui a été conféré parce que la fillette de dix ans fredonnait sans arrêt cet air composé par son père, à force de l'entendre jouer à la maison. La présence d'un reel sur Fête ! est tout ce qu'il y a de plus normal, en revanche. Ça fait partie de l'identité trad de l'artiste.

« Même si la diffusion radio demeure problématique, sauf dans le temps des Fêtes, les gens ont toujours besoin d'entendre du trad. Je m'en aperçois à chaque fois que je sors mon violon. Il y a une vibe dans ça », plaide Alain-François, dont les trois volumes de La trousse du temps des Fêtes ont été écoulés à 50 000 exemplaires.

Des associations fructueuses

Le sport occupe une place importante dans la vie d'Alain-François, en particulier le hockey et la pêche à la mouche. Dans le premier cas, c'est le chanteur et musicien qui est mis à contribution, alors que depuis huit ans, en collaboration avec les Tigres de Victoriaville, il présente La fête des fêtes au Colisée Desjardins. La seconde activité, elle, l'a conduit à animer une émission qui sera diffusée par le Réseau des sports à compter de février 2017.

Il s'agit de huit épisodes d'une durée de 30 minutes chacun. Baptisée Kalamouche, cette production aux images léchées, souvent captées par des drones, a fait vivre de belles expériences à cet homme qui, depuis longtemps, pousse le zèle jusqu'à confectionner ses propres mouches. « Le vrai mandat de cette série, c'est qu'elle me permet de dire à ma blonde que je ne vais pas à la pêche, que je pars pour travailler », mentionne l'artiste avec humour.

Quant au hockey, c'est tout naturellement qu'il est devenu partie prenante de sa carrière. Comme il vit à Victoriaville, c'est avec les Tigres, un club de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, qu'Alain-François a noué une relation fructueuse. Elle s'articule autour de spectacles tenus dans les semaines précédant les Fêtes, à l'intérieur du centre sportif.

Cette année, c'est le 2 et le 3 décembre que les fans de l'équipe, autant que les amateurs de musique trad, convergeront au Colisée Desjardins. Des repas seront servis, suivis d'un spectacle auquel participeront deux invités : Vincent Vallières et Patrice Michaud. Il y aura ensuite de l'animation jusqu'à 1 h du matin.

« J'ai déjà effectué le même travail à Sherbrooke, pour le club local, et je pourrais le faire pour les Saguenéens, laisse entendre Alain-François. La formule fonctionne tellement bien qu'à Victoriaville, des groupes réservent une année à l'avance. Cette fois-ci, on a vendu 1600 soupers et comme l'atmosphère est super, plusieurs entreprises en profitent pour tenir leur party de bureau. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer