• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Le Festival Jazz et Blues veut rendre hommage à Walsh 

Le Festival Jazz et Blues veut rendre hommage à Walsh

Bob Walsh est décédé mardi, dix jours après... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Bob Walsh est décédé mardi, dix jours après avoi subi un infarctus.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Festival Jazz et Blues de Saguenay perd un de ses «chouchous», alors que le guitariste et chanteur Bob Walsh était sa tête d'affiche lors de la première édition en 1996, et qu'il revenait régulièrement s'y produire.

«C'était un bon vivant et un musicien incroyable, avec une voix incontournable. En homme généreux, il échangeait beaucoup avec les membres de l'équipe et les autres invités, et il n'hésitait pas à allonger son spectacle avec trois ou quatre rappels», raconte le porte-parole du festival, Jacques Dubé.

Celui-ci n'a pas été surpris d'apprendre la nouvelle, puisque l'organisation a tenté récemment de planifier la présence de l'artiste pour la prochaine édition. «C'est là qu'on a appris pour son hospitalisation. On ne peut encore rien affirmer officiellement, mais on voudrait en 2017 souligner son apport à notre événement, à notre façon.»

Attachement

Bob Walsh était venu à Saguenay en 2015 pour l'édition spéciale des 20 ans du festival. Il fait partie des artistes à y avoir participé le plus souvent, quasiment tous les deux ou trois ans, chaque fois étant un «succès». «C'était presque un ami, poursuit Jacques Dubé. On se donnait l'accolade quand il arrivait, il était toujours très content de se présenter chez nous. Il avait un attachement certain pour notre événement.»

Le porte-parole rappelle une anecdote à propos du bluesman, lors de son premier passage au festival. «Je n'étais pas présent, mais l'histoire dit qu'après deux-trois rappels, il a quitté la scène pour aller prendre sa douche à l'hôtel. Il serait ensuite revenu environ 25 minutes plus tard, prêt à continuer le spectacle, mais tout le monde était parti, en ayant raison de croire que c'était fini. Il se demandait où était passé le public!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer