Fabien Cloutier tête première

Fabien Cloutier a présenté son premier one man... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Fabien Cloutier a présenté son premier one man show à la Salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob jeudi soir. Il sera de retour dans la région en février prochain pour une tournée de quelques dates.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Assume. Fabien Cloutier n'aurait pu mieux choisir le titre de son premier one man show. Sur scène pendant une heure trente, sans aucun artifice, il a transporté jeudi soir le public de la Salle Pierrette-Gaudreault dans toutes les directions, critiquant sans retenue la race humaine de son humour cru.

Le nom de Fabien Cloutier circule de plus en plus. Ceux qui ont assisté à la représentation de son premier one man show jeudi soir à Jonquière comprennent certainement pourquoi. L'auteur, conteur, metteur en scène et comédien cumule les projets qui fonctionnent bien. Celui qui a campé le frère de Martin Matte dans Les Beaux Malaises, et qui interprète le meilleur ami du personnage d'Antoine Bertrand dans Boomerang, aborde la scène en fonçant tête première.

Fabien Cloutier ne réinvente pas la roue, mais il propose de l'humour efficace. Un humour qui s'inscrit dans la lignée des Mike Ward et Jean-François Mercier tout en ayant une couleur qui lui est propre.

Jeudi soir, les minutes qu'il a passées sur la scène de la salle bien remplie ont semblé rapidement s'envoler.

« J'ai jamais tué d'écureuil à coup de marteau. [...] C'est juste un fantasme violent. »

La première phrase prononcée en montant sur scène mettait la table. Fabien Cloutier ne fait pas dans la dentelle.

Habile conteur, on sent toutefois que chaque mot utilisé a été soigneusement choisi. Il en assume chaque syllabe. Par ses paroles, il fait naître des images souvent désagréables, voire dégoûtantes, à l'esprit du public.

Clichés

Il exploite plusieurs clichés, transporte le spectateur dans ses envolées qui frôlent le délire, puis revient toujours.

L'homme de théâtre est habile et à l'aise sur une scène. Lui, derrière un micro, c'est suffisant. Le fla-fla est inutile.

Il écorche au passage les collectionneurs, les émissions de décoration et de « relooking », les policiers, les politiciens, les handicapés, les gars de la construction... et l'accent du Lac-Saint-Jean.

L'humoriste consacre tout un segment de sa prestation au sujet.

« Le Lac-Saint-Jean est la région la plus surestimée du monde. Votre histoire de sept filles pour un gars, vous comptez vos grand-mères », a-t-il d'abord lancé avant d'entreprendre toute une portion de numéro sur l'accent de la région.

À la fin du spectacle, après l'ovation que lui a offerte le public, Fabien Cloutier a confirmé que plusieurs ont questionné l'idée de présenter ce numéro ici même. La réaction des spectateurs de la Salle Pierrette-Gaudreault lui a prouvé qu'il a bien raison d'assumer ses propos.

Il a ensuite conclu la représentation en proposant un bref numéro où il a montré une autre facette de sa personnalité, y allant d'une métaphore forte de sens sur le dossier de la « culture du viol ».

Fabien Cloutier sera à la Salle Desjardins Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini le 9 février prochain. Le lendemain, il sera au Vieux Couvent de St-Prime, puis montera sur la scène de la Boîte à Bleuets d'Alma le 11 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer