• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Balint Porneczi et son iPhone: au-delà de l'outil 

Balint Porneczi et son iPhone: au-delà de l'outil

  • Balint Porneczy propose une série de 25 clichés présentant des portraits de gens issus de différents horizons dans le Bâtiment 1912 de La Pulperie de Chicoutimi. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    Balint Porneczy propose une série de 25 clichés présentant des portraits de gens issus de différents horizons dans le Bâtiment 1912 de La Pulperie de Chicoutimi.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 1 / 7
  • Lors d'une brève rencontre à Cannes, Balint Porneczy a capté ce cliché de Dante, aka Mos Def, un chanteur de hip-hop, acteur et activiste. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    Lors d'une brève rencontre à Cannes, Balint Porneczy a capté ce cliché de Dante, aka Mos Def, un chanteur de hip-hop, acteur et activiste.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 2 / 7
  • Lors de son passage à Cannes, Balint Porneczy a photographié Renaud, un réalisateur indépendant canadien. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    Lors de son passage à Cannes, Balint Porneczy a photographié Renaud, un réalisateur indépendant canadien.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 3 / 7
  • Balint Porneczy présente quelques photos des membres de sa famille, notamment ce cliché de son fils. (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

    Plein écran

    Balint Porneczy présente quelques photos des membres de sa famille, notamment ce cliché de son fils.

    Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

  • 4 / 7
  • Depuis son arrivée à Saguenay il y a quelques jours, Balint Porneczi a réalisé 17 portraits. Le résultat est publié sur le compte Instagram de Zoom Photo Festival. Ici, Denys Tremblay, roi de L'Anse. (Photo courtoisie, Balint Porneczi)

    Plein écran

    Depuis son arrivée à Saguenay il y a quelques jours, Balint Porneczi a réalisé 17 portraits. Le résultat est publié sur le compte Instagram de Zoom Photo Festival. Ici, Denys Tremblay, roi de L'Anse.

    Photo courtoisie, Balint Porneczi

  • 5 / 7
  • Le maire de Saguenay, Jean Tremblay (Photo courtoisie, Balint Porneczi)

    Plein écran

    Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

    Photo courtoisie, Balint Porneczi

  • 6 / 7
  • Le portrait d'une agente de sécurité du Palais de justice de Chicoutimi. (Photo courtoisie, Balint Porneczi)

    Plein écran

    Le portrait d'une agente de sécurité du Palais de justice de Chicoutimi.

    Photo courtoisie, Balint Porneczi

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

À l'ère où tous se promènent avec un téléphone intelligent en poche, le photographe hongrois Balint Porneczi s'est lancé le défi d'utiliser son iPhone pour réaliser des portraits. La série qui compte jusqu'à maintenant plus de 400 clichés suscite l'intérêt, faisant la démonstration que l'outil n'est pas l'unique élément à tenir en compte lorsqu'il est question de photo.

Plusieurs personnes se sont assemblées devant Balint Porneczi... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Plusieurs personnes se sont assemblées devant Balint Porneczi à La Pulperie de Chicoutimi vendredi après-midi afin d'en apprendre davantage sur son projet. À l'aide de son iPhone, le photographe réalise une série de portraits.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Plusieurs personnes se sont assemblées devant Balint Porneczi à La Pulperie de Chicoutimi vendredi après-midi afin d'en apprendre davantage sur son projet. Dans un monde où les appareils photo sont de plus en plus performants, celui qui habite maintenant la France a raconté comment est né son projet, mis en branle en 2013.

«Je n'ai jamais pensé il y a 10 ans que j'allais faire des photos avec un téléphone. Pour moi, ça servait à téléphoner, a-t-il affirmé. En 2013, je n'avais pas les moyens d'acheter une petite caméra. Je n'avais pas fait beaucoup de portraits. J'ai décidé de me lancer ce ''challenge'' sur la manière d'aborder les gens.»

Effectivement, le travail l'a forcé à demander à des gens rencontrés un peu partout de poser pour lui, son iPhone comme seul témoin du sérieux de la démarche. «J'arrête des gens dans la rue et je dois les convaincre. C'est un jeu de communication. J'ai appris énormément, j'ai appris à réagir vite, à convaincre, tout en essayant de faire des portraits différents», souligne-t-il.

En quelques minutes, voire quelques secondes, il photographie son sujet, avec qui il a rarement le temps d'échanger. Il se contente de nommer chaque cliché du prénom de son sujet, il indique une provenance, un métier ou un passe-temps.

«Ainsi, tout le monde est au même niveau», explique-t-il.

Il a réalisé le portrait de PDG comme celui de sans-abri, de gens connus ou non. Tous ses sujets sont traités en noir et blanc.

Toutes les étapes sont réalisées directement à partir de son téléphone. Il prend la photo, la travaille à l'aide d'une application gratuite trouvée sur Google, puis la publie sur Instagram.

«À l'aide de l'application, je donne beaucoup de caractère à la photo, mais comme je fais tout sur le petit écran, je ne peux pas faire de détails.»

Il s'avoue lui-même surpris par la qualité des clichés captés, bien qu'il a dû composer avec de mauvaises surprises à plusieurs occasions. «Parfois, je ne comprends pas pourquoi, mais ce n'est pas utilisable.»

Son travail lui a permis de remporter un prix à Paris l'an dernier. «Je n'aurais jamais pensé pouvoir gagner un prix lors d'un événement derrière lequel est le lobby de la caméra, admet-il. C'est le premier projet pour lequel je n'ai pas à faire de démarches pour avoir des occasions de le présenter. Ça démontre aussi qu'on n'a pas besoin d'avoir le dernier appareil de la dernière marque pour faire de la photo», estime-t-il, soulignant qu'il s'agit de son unique projet avec le iPhone.

Il vise la parution d'un livre de ses photos, avant de se consacrer à de nouveaux projets.

25 portraits à La Pulperie

Balint Porneczi présente 25 photos portraits issus du travail qu'il réalise à l'aide de son iPhone dans le Bâtiment 1912 de La Pulperie de Chicoutimi. Côte à côte, les clichés font la démonstration que l'outil est secondaire dans la réalisation de photos réussies.

Figurak, tout le monde au même niveau propose une série de photos mettant en scène des personnes aux univers variés.

Dans l'exposition, le président de la République française côtoie un agriculteur, une libraire, des retraités, des enfants, un tatoueur, une chanteuse et plusieurs autres personnes encore. Elles sont issues de différents milieux, ont des âges variés, mais le traitement que leur a réservé le photographe hongrois est similaire.

Les portraits sont en noir et blanc, les contours ont été vieillis à l'aide d'une application dénichée sur le Web, presque tous les sujets regardent directement l'objectif. On peut parfois deviner quelque peu qui ils sont grâce à un vêtement, un accessoire, des tatouages ou un décor, mais peu de détails sont dévoilés dans la description qui accompagne chacune des photos.

Plusieurs des photos présentées ont été prises à Cannes, en 2015. Le photographe avait manifesté l'intérêt de s'y rendre pour faire des portraits, mais pas ceux des gens bien habillés qui défilent sur le tapis rouge, habituellement publiés. Il a reçu l'offre de photographier sept sujets par jour, dans le cadre de l'événement célébrant le 7e art. Le défi était de taille, mais il l'a relevé. «J'avais fait 160 photos en deux ans, il fallait que j'en fasse 80 en 12 jours, souligne-t-il. C'était vraiment, vraiment dur. Les gens sont pressés.»

C'est ce défi qui explique la présence de réalisateurs indépendants et d'acteurs qui figurent dans la série présentée.

Des portraits du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Depuis son arrivée à Saguenay il y a quelques jours, Balint Porneczi a réalisé 17 portraits. Le résultat est publié sur le compte Instagram de Zoom Photo Festival.

On peut notamment y voir le maire Jean Tremblay et le roi de L'Anse Denys Tremblay (voir galerie de photos). «Ce n'est pas évident, car j'ai appris qu'ici, tout le monde voyage en voiture», souligne le photographe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer