« Vous êtes beau M. Louvain! »

Après la communion musicale, les échanges de Michel... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Après la communion musicale, les échanges de Michel Louvain avec le public étaient ponctués de traits d'humour et d'une belle dose de nostalgie.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

«Vous êtes beau M. Louvain!»

Cette marque d'affection lancée par une «jeune» admiratrice a bien fait rire le chanteur de 79 ans après avoir interprété la première chanson de son spectacle. Cette dame avait bien raison, il y a de la beauté dans la générosité du chanteur de remonter sur scène pour souligner ses 60 ans de carrière.

La beauté résidait aussi dans le lieu. L'église Notre-Dame de Roberval réverbérait à merveille la voix si distinctive de Michel Louvain. Chapeau à l'équipe de sonorisation, pas facile d'obtenir une telle sonorité dans ce lieu de culte à la drôle de configuration.

Le «gentleman crooner» affiche un plaisir fou à interpréter des chansons de Charles Trenet ou d'artistes américains.

La belle vie de Sacha Distel a conquis le public. Michel Louvain a montré la belle complicité qu'il a avec ses musiciens et ses deux choristes. Les spectateurs se laissaient bercer religieusement par la douceur du saxophone.

La bossa-nova langoureuse qui accompagnait Verte campagne et Petite fleur a démontré que la voix de Louvain n'a pas du tout vieilli. De plus, les textes lui parlent encore, l'émotion était bien sentie.

Après la communion musicale, les échanges avec le public étaient ponctués de traits d'humour et d'une belle dose de nostalgie. Le chanteur de charme a expliqué qu'il a étendu de vieux vinyles sur le plancher pour choisir les chansons hommages aux crooners américains.

Évidemment, That' Amore a fait réagir la foule. Un peu plus et les gens se levaient pour aller danser dans le coeur de l'église. Il a enfilé The Great Pretender, Diana, Blue Velvet pour terminer avec Sweet Caroline. La voix était solide. Les graves puissantes. Les aigus appuyés par les choristes.

Il n'y a pas à dire, 60 années de scène derrière la cravate, ça ne s'achète pas. Les gens avaient les yeux brillants et le sourire fendu jusqu'aux oreilles. Souvenir d'une jeunesse... pas si lointaine.

Et pour ajouter au plaisir des fidèles, quelques pièces de Charles Trenet, chanteur préféré de la mère de Louvain. La mer, Je chante, Que reste-t-il de nos amours et bien d'autres ont bercé le public qui a servi de chorale en interprétant en coeur les textes du Fou chantant.

Heure de tombée oblige, il a fallu quitter avant d'entendre «live» La Dame en bleu et autres succès de Louvain.

Dans cette période où la nostalgie est si présente, quand elle est assumée et faite avec tellement de coeur et de doigté, on se dit que Michel Louvain avait raison de faire un dernier tour de piste. Il sera ce soir à Dolbeau-Mistassini, samedi à Alma et dimanche à Saguenay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer