Fred Fortin: un Félix, un bonheur à partager

Au lendemain de son couronnement comme auteur ou... (Archives La Presse)

Agrandir

Au lendemain de son couronnement comme auteur ou compositeur de l'année, Fred Fortin est un peu sonné par la dose d'amour que les gens lui ont témoigné.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

En guise de reconnaissance envers ses parents, Fred Fortin veut leur prêter une des deux statuettes remportées au gala de l'ADISQ pour qu'elle trône à Saint-Prime.

«Je la verrais bien dans le garage à Noël, lance-t-il en riant. Ou dans la maison. Au fond, je veux leur partager ce que j'ai vécu dimanche comme émotion. Mes parents m'ont tellement soutenu et accompagné à travers toutes ces années que j'aimerais leur offrir ça.»

Le garage Fortin à Noël est un lieu mythique où se retrouvent les musiciens pour «jammer» en fin de soirée.

Fred veut en discuter avec la gardienne des trophées, son amoureuse Mélanie. «On n'a pas eu encore le temps de parler de ça.»

Au lendemain de son couronnement comme auteur ou compositeur de l'année, Fortin est un peu sonné par la dose d'amour que les gens lui ont témoigné. Son succès d'estime depuis 20 ans s'est enfin cristallisé par cette reconnaissance. «C'est une adrénaline qui est dure à expliquer. Il y avait une grosse charge d'amour. Mes amis, la parenté, le monde de Saint-Prime et du Lac me disaient que j'allais gagner, que je le méritais vraiment cette année. C'était très touchant! Je suis content pour eux, plus que pour moi, je pense», mentionne-t-il encore fébrile de l'émotion vécue dimanche soir. Une soirée partagée avec son amoureuse et son plus vieux, Charlie, et des amis musiciens.

Fred Fortin n'est pas le genre à courir les récompenses. Il avait presque fait un deuil de remporter un jour un Félix pour son oeuvre et non pas pour un de ses projets (L'album Agnus Deï de Gros mené a remporté album alternatif en 2013). «Depuis le temps, je m'étais fait une carapace. Je me disais que je ne gagnerais probablement jamais. Là, les gens me disaient que j'allais gagner et je n'y croyais pas vraiment», a-t-il avoué.

Que Ultramarr soit sacré meilleur album par la critique et d'obtenir le titre d'auteur-compositeur-interprète de l'année touche énormément le musicien de Saint-Prime. «Ce sont deux gros trophées qui sont importants pour moi. C'est une belle reconnaissance...», laisse-t-il tomber, toujours mal à l'aise de parler de lui. Il faut dire que son dernier opus, Ultramarr, est un album important qui a marqué la critique (il a été sélectionné dans la liste des prix Polaris) et les amateurs de musique qui sort des sentiers battus. Les messages de félicitations ont été nombreux et très sentis sur les médias sociaux. «Enfin», s'exclamaient plusieurs personnes.

Vente de disques et spectacles

Fred pense que ces prix auront des répercussions sur la vente de son album. «Même si les ventes de disques ont baissé, Ultramarr est celui dont j'ai vendu le plus de copies. J'espère que ça va se poursuivre», souhaite-t-il.

Bien que la série de spectacles qu'il a amorcés à l'automne affiche presque toujours complet, il pense que cette visibilité liée au Gala de l'ADISQ va attirer des spectateurs. «Peut-être que certains hésitaient à venir, et mes prix vont faire qu'ils vont se décider», s'esclaffe Fred.

Pour ceux qui ont manqué le spectacle dans la Grange à Saint-Prime lors du Coup de grâce, ils pourront se reprendre, mais patienter quelques mois. Il sera sur scène au Vieux théâtre de La Baie le 27 avril, le lendemain au Vieux Couvent de Saint-Prime, pour terminer à Alma à La Boîte à bleuets le samedi.

Saint-Prime se réjouit

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, est rempli de fierté pour le musicien Fred Fortin, dont l'oeuvre a été reconnue au gala de l'ADISQ, dimanche soir.

«Dès qu'on a appris la nouvelle, on s'est empressé de lui écrire un courriel de félicitations. On lui a aussi envoyé un hommage plus personnel par la poste», raconte M. Boivin en entrevue téléphonique.

Le maire n'en revient pas de voir que, quelques semaines après son passage dans la localité à la Grange pour l'événement musical du Coup de grâce, le «petit gars de Saint-Prime» reçoive le Félix pour l'auteur ou le compositeur de l'année grâce à son album Ultramarr. Il a aussi remporté le prix «Album de l'année - choix de la critique» lors du premier gala, jeudi soir.

«Il a fait partie de beaucoup de groupes, mais là il s'est démarqué tout seul. Ça fait très plaisir. Il y a beaucoup de talent au Lac-Saint-Jean», assure Lucien Boivin, qui connaît bien le père du musicien.

«Noël Fortin est un pionnier du monde musical à Saint-Prime. Il a aidé à mettre sur pied le Vieux Couvent, un joyau pour notre municipalité. Ce serait merveilleux d'avoir une des statuettes ici», avoue le maire, en faisant référence au désir de Fred Fortin de laisser un des trophées à ses parents en guise de remerciement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer