Une veillée avec Pépé et sa guitare

Pépé et sa guitare donnera un spectacle-bénéfice vendredi... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Pépé et sa guitare donnera un spectacle-bénéfice vendredi à Jonquière.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme son nom d'artiste l'indique, Philippe Proulx, alias Pépé et sa guitare, sera vraiment seul sur scène avec son instrument, le 4 novembre à la salle Polyvalente du Cégep de Jonquière, pour aider une dizaine d'étudiantes de sciences humaines à amasser des fonds pour leur échange interculturel au Pérou en janvier.

Le chanteur connu pour ses titres évocateurs - Bobettes Bob, Toué tu l'as, Ostie qu'té laid, Y fait beau et Le mangeux de bines, notamment - présentera une sorte de spectacle-conférence vendredi à 20h, puisqu'il interagira beaucoup avec le public et prendra le temps d'expliquer l'histoire derrière ses morceaux. Peut-être même entendra-t-on des extraits de son nouvel album lancé à la mi-octobre, Tout le monde veut jouer avec Pépé, dont la chanson Mon avis tourne à la radio.

Bien qu'il soit originaire du coin de Québec, Pépé donne l'impression d'être un gars de région, avec son approche festive et authentique. «Il est bien connu ici, et les membres du comité organisateur l'affectionnent particulièrement», confie l'étudiante Lucie Guillemin.

Drôle de coïncidence, Pépé a déjà donné un spectacle au Cégep de Jonquière, il y a presque 15 ans, alors qu'il participait à la finale nationale de Cégeps en spectacle. Il avait remporté la deuxième place.

Le groupe du programme Ouverture sur le monde espère pouvoir rassembler quelque 200 personnes. L'événement compte pour beaucoup dans leurs prévisions budgétaires. Tout l'argent des billets, au coût de 7$ pour les étudiants et 15$ pour les adultes, servira à financer le voyage de sept semaines.

Les jeunes femmes planifient cet échange en Amérique du Sud depuis plus d'un an déjà. Elles passeront un mois dans un village typique du Pérou. «Le but est de voir ce qu'est la vie dans un pays en voie de développement. Chacune d'entre nous est attitrée à une famille, et on les suit dans leurs activités. Si un jour les parents décident d'aller au champ, on va au champ. Si le lendemain ils veulent qu'on s'occupe des enfants, on s'occupe des enfants, et ainsi de suite», explique Lucie Guillemin.

Les élèves mènent aussi un projet de recherche personnel. Bien qu'elles passeront quelques semaines à visiter le pays, ce sera sous l'oeil des sciences humaines et des disciplines comme l'histoire et la géographie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer