Charles Landry, le DJ devenu chanteur

Charles Landry lance un premier album.... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Charles Landry lance un premier album.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Charles Landry avait besoin de changement. Las de faire le DJ dans des établissements licenciés de la Métropole, alors que la trentaine pointait le bout de son nez, l'artiste originaire de Chicoutimi-Nord a réactivé l'autre passion qui l'anime : la chanson.

Des compositions à lui ont été soumises à différentes boîtes jusqu'à ce que GSI Musique exprime le désir de les prendre sous son aile.

«Je trouvais que mon quotidien était redondant », a expliqué l'auteur, compositeur et interprète jeudi, lors de son passage au journal. Heureux de se joindre à une étiquette qui respectait sa manière d'être, il est entré en studio avec Antoine Gratton et Greg Bonnier, responsables de la réalisation. C'est ainsi qu'est né Ton coeur, en magasin depuis une semaine.

Le matériel accumulé depuis l'adolescence était si volumineux qu'il a fallu élaguer avant d'amorcer l'enregistrement du disque en avril. Parmi les titres récents, nombreux sont ceux qui ont vu le jour pendant les deux années où Charles Landry a chanté tous les samedis soirs, au regretté Gainzbarre. Les thèmes abordés tournent autour des relations humaines et couvrent une large palette de sentiments.

« Je parle de l'amour et de la haine. Il y a des textes plus relax et d'autres, comme sur Freak Show, où j'ai recours à des images assez crues. En gros, j'envoie chier quelqu'un », révèle le Saguenéen en souriant. Quant à la musique, elle épouse des contours acoustiques à travers lesquels on voit se profiler son amour pour le folk.

« Antoine a senti ma « vibe ». On s'est bien entendus et souvent, il a trouvé le moyen de me sortir de ma zone de confort. On changeait d'instruments, par exemple, pour voir ce que ça donnerait. Sur le disque, on retrouve beaucoup de guitare acoustique, mais aussi du piano », rapporte Charles Landry, dont un premier extrait, Calumet, commence à faire son chemin dans les radios commerciales.

Pas du genre à laisser traîner les choses, il donnera ses premiers spectacles en novembre, dont un au Sous-Bois de Chicoutimi (le 10), où on le verra évoluer en solo. Le lendemain, c'est à l'Auberge de jeunesse de Tadoussac que l'artiste promènera ses créations, prélude à d'autres sorties à Québec et Trois-Rivières.

« C'est un rêve que je réalise. Je suis fier de mon bébé et j'ai confiance de pouvoir vivre de ma passion », se réjouit Charles Landry.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer