Plume immortalisé à Jonquière

La conseillère municipale responsable du secteur centre-ville de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La conseillère municipale responsable du secteur centre-ville de Jonquière, Sylvie Gaudreault, était très fière de dévoiler une murale à l'effigie de Plume Latraverse, hier. L'oeuvre a été installée sur l'un des murs extérieurs du Cinéma Apéro, là où se trouvait autrefois le célèbre Hôtel Pierre et son mythique bar Le Bock. -

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le visage de l'illustre chanteur et poète Plume Latraverse fait désormais partie du paysage jonquiérois. Une fresque à son effigie, sur laquelle est aussi reproduit un passage de la célèbre chanson Jonquière, a été installée, mercredi, sur le mur extérieur du Cinéma Apéro.

Le choix du lieu, situé au coin Colbert et Saint-Dominique, n'est pas le fruit du hasard. Il s'agit de l'endroit même où avait autrefois pignon sur rue l'Hôtel Pierre et son mythique bar, Le Bock, un élément central de la pièce de Plume. L'établissement était autrefois attenant à une salle de spectacle. De nombreux Jonquiérois se souviendront d'une émeute survenue au Bock en 1976 après un spectacle du rocker Michel Pagliaro.

La conseillère municipale responsable du centre-ville de Jonquière, Sylvie Gaudreault, a levé le voile sur la murale avec grand bonheur. Elle avait pris soin d'inviter la journaliste du Quotidien à y jeter un coup d'oeil en primeur. Le projet s'inscrit dans le cadre de l'initiative Jonquière de son et de lumière, qui a pour but de mettre en valeur le côté festif de l'ancienne ville et de faire ressortir son créneau d'excellence dans le domaine des communications. Tout un plan stratégique a été élaboré par le Service des arts et de la culture de Saguenay, en collaboration avec le Centre d'histoire Sir William-Price, chargé du volet recherche. La Corporation partenaires centre-ville de Jonquière est aussi associée au projet, dans lequel la conseillère Gaudreault s'implique activement.

Plume d'accord

Plume Latraverse a non seulement donné son accord au projet, l'artiste a gracieusement glissé une petite note manuscrite dans l'enveloppe contenant sa photo, avant de la faire parvenir aux intervenants de Saguenay. Il écrit: «La beuverie au Bock était jumelée à la présentation du film La tendresse ordinaire de Jacques Leduc au Cégep de Jonquière en 73. Je ne suis pas sûr, car on m'y avait enivré à mon insu.»

Le contenu de la courte missive a été reproduit intégralement sur la murale de 14 pieds par huit pieds. C'est l'agence Polka qui a réalisé le mandat pour la Ville et la fresque a été fabriquée et installée par la compagnie Enseignes April d'Arvida. Les passants qui s'y attardent peuvent aussi lire un extrait de la colorée chanson de Plume, tirée de l'album Pommes de route, paru en 1975.

«C'est une belle crowd icitte à soir. Chus ben content d'être v'nu vous voir. J'vous r'mercie ben pour la grosse bière. J'ai eu ben du fun à Jonquière.»

«Un beau clin d'oeil à Plume et à l'histoire»

La conseillère Sylvie Gaudreault n'est pas peu fière du résultat final. Mercredi, elle s'est rendue au Cinéma Apéro en provenance de la bibliothèque pour admirer la murale sous tous ses angles.

«C'est un beau clin d'oeil à Plume, mais c'est aussi un clin d'oeil à l'histoire. Une chanson phare a été écrite au sujet de Jonquière et c'est agréable de pouvoir la mettre en valeur à un endroit visible où beaucoup de gens pourront la voir», a confié l'élue, qui estime que les citoyens feront d'intéressantes découvertes au fur et à mesure que le projet Jonquière de son et de lumière prendra forme.

Toute une facture visuelle a été créée pour le centre-ville, du cégep au mont Jacob. Peu à peu, les citoyens qui fréquentent la bibliothèque, le centre national d'exposition et d'autres lieux phares de l'arrondissement verront poindre des autocollants, des pastilles historiques, des éléments graphiques qui feront ressortir des attraits ou des personnages connus. Des éléments ont déjà été intégrés.

Lors d'une entrevue accordée cet été, Sylvie Gaudreault a évoqué la possibilité de figer dans le temps l'apport de personnalités originaires de Jonquière ou reconnues pour l'affection qu'ils vouent à l'ancienne ville. Elle a mentionné, entre autres noms, ceux d'Hélène Pedneault et de Bernard Adamus. Des journalistes de renom pourraient aussi être considérés, ce qui permettrait de dresser un parallèle avec la présence d'Art et technologie des médias.

Lors de l'entrevue, le fonctionnaire Jessy Bilodeau, du Service des arts et de la culture de Saguenay, a relevé un point intéressant au sujet du programme.

«En fait, on ne rend pas hommage aux gens. Ce sont les artistes qui rendent hommage à Jonquière à travers leurs oeuvres», a-t-il mis en relief.

L'été dernier, un mur citoyen devait être aménagé à la librairie Marie-Laura, également sur la rue Saint-Dominique. L'installation d'une murale mettant à l'honneur un chapitre du livre Mailloux d'Hervé Bouchard a toutefois dû être reportée au printemps 2017, pour des raisons logistiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer