Un album pour la Fondation Michaël Lalancette

Nathalie Tremblay et Isabelle Bérubé... (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Nathalie Tremblay et Isabelle Bérubé

Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Il a suffi d'une proposition émise en mars, l'idée qu'un événement pourrait être organisé aux Galeries Lac-Saint-Jean, pour que Nathalie Tremblay saisisse la balle au bond. Cinq mois plus tard, des interprètes entraient aux Pulsar Studios de La Baie afin d'enregistrer les chansons qui ont abouti sur l'album Je vole.

« Ce projet a pris plus d'ampleur que prévu », constate l'Almatoise. Rencontrée jeudi en compagnie d'Isabelle Bérubé, qui oeuvre au sein du réseau Dignité, elle semblait aussi fière qu'étonnée en présentant les 17 pièces regroupées sur l'encodé. En plus de celles qui font entendre des voix d'ici, on remarque la présence des Français Édouard Busa et Karine Ayello, ainsi que de la formation cubaine Alma Libre.

S'agissant des Cubains, leur participation résulte d'un contact établi par le chanteur et producteur Serge Bergeron, étroitement associé au projet. « Il les a connus là-bas et prépare une tournée qui les amènera au Québec en 2017 », précise Isabelle Bérubé, dont l'entreprise a commandité la réalisation du disque. Les Français, eux, sont tombés dans l'oeil de Nathalie Tremblay.

« J'ai contacté Karine par l'entremise de sa maison de production. Elle a repris un classique du jazz parce que notre cause lui tient à coeur. Elle correspond à ses valeurs. Quant à Édouard, un auteur, compositeur et interprète, je l'ai croisé sur le plateau de l'AFM Téléthon, une émission diffusée en France il y a deux ans. C'était pour la myopathie et j'étais marraine de cette édition avec Garou », relate Nathalie Tremblay.

Cette fois-ci, la cause est très près de son coeur, puisque les profits iront à la Fondation Michaël Lalancette. Lors de sa création, en 2009, sa mission consistait à aider la famille fondée par la chanteuse et son conjoint, Dany Lalancette. Parents de cinq enfants présentant des besoins spécifiques, ils avaient pu acquérir un concentrateur d'oxygène portable qui a facilité la vie de leur fils Michaël.

Sept ans plus tard, la mission a évolué. Désormais, l'aide est canalisée vers d'autres familles confrontées à la maladie. « On prête des équipements et on accorde des frais de subsistance », note l'Almatoise. C'est pour répondre à ces demandes que le disque a été enregistré. Des copies physiques sont en vente au magasin Jello Musique d'Alma, au coût de 20 $ l'unité. Pour la version immatérielle, on se rend à l'adresse www.fondationmichaellalancette.org.

« L'objectif consiste à récolter 7000 $, ce qui sera suffisant pour opérer pendant un an », souligne Nathalie Tremblay. Elle mise sur la qualité des chansons, autant que sur le large éventail des styles abordés, du jazz à la chanson populaire, en passant par le country, pour susciter l'intérêt de la population. C'est dans cette perspective, aussi, que deux lancements figurent à l'agenda.

Le premier bouclera la bouche, d'une certaine manière, puisqu'il aura lieu aux Galeries Lac-Saint-Jean. Le centre commercial almatois accueillera les gens de 9 h 30 à 15 h 30 et bien sûr, l'entrée sera gratuite. De l'animation sera proposée aux enfants, parallèlement aux spectacles que donneront Mario Vézina (à 9 h 45) et Serge Bergeron (à 13 h). Ajoutons que la même formule sera reprise le 5 novembre, cette fois aux Galeries de La Baie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer