Michaël Rancourt en mode nostalgie

Si vous entretenez la nostalgie des années 1950... (Photo courtoisie)

Agrandir

Si vous entretenez la nostalgie des années 1950 et 1960, Michaël Rancourt vous attend le 22 octobre à 20h, à l'église de Petit-Saguenay. Il y présentera son nouveau spectacle intitulé Les années Jukebox: de Piaf à Sinatra.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Il y aura du monde à la messe, le 22 octobre. À compter de 20h, l'église de Petit-Saguenay verra défiler des dizaines d'artistes ayant marqué les années 1950 et 1960. Les yeux fermés, l'illusion sera complète, laisse entendre l'imitateur et humoriste Michaël Rancourt, l'homme derrière le spectacle intitulé Les années Jukebox: de Piaf à Sinatra.

Il s'agit de sa première visite dans la région et de sa 11e sortie, tous secteurs confondus, depuis le lancement de cette production en mars. C'est donc une primeur que l'artiste réserve à ses fans du Bas-Saguenay, d'autant que 90% des voix qu'on entendra viennent d'être ajoutées à son répertoire. Elvis et Roy Orbison lui étaient familiers, mais pas Chubby Checker, Dean Martin ou les Temptations, pour ne mentionner que quelques-uns de ses invités.

«Certaines imitations sont plus exigeantes. Sinatra possédait une voix qui est particulière à aller chercher, puisqu'elle était tellement basse. Ce n'est pas facile, non plus, de reprendre Release Me d'Engelbert Humperdinck, ou le Rock Around The Clock de Bill Haley», a souligné Michaël Rancourt il y a quelques jours, à la faveur d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Autre nouveauté: deux musiciens l'accompagnent sur scène, alors qu'auparavant, l'artiste s'appuyait sur des bandes sonores. Il est flanqué du guitariste Nicolas Guimond et de la pianiste Catherine Maurais qui, pendant deux heures, surfent sur la mémoire collective. Le public répond si bien que parfois, il se met à danser, comme ce fut le cas la semaine dernière à Terrebonne.

«Je ne sais pas ce que cette musique fait aux gens. D'habitude, dans mes spectacles, ils restent assis», rapporte Michaël Rancourt, à la fois étonné et ravi par le comportement de ses fans. Il assure que toutes les pièces livrées pendant les deux heures que durent Les années Jukebox sont familières, ce qui ne l'empêche pas de tester la mémoire des gens pendant un numéro consacré aux émissions de télévision.

«Je reviens sur les premières qui ont été diffusées chez nous. Je fais le thème et je demande au public de l'identifier», indique l'imitateur. Lui qui a mûri ce spectacle pendant 18 mois sent qu'il est tombé sur un filon en misant sur la nostalgie. L'époque est propice aux réminiscences, si bien que la tournée devrait s'étirer sur deux ans.

«Nous irons partout avec ça, y compris à Saint-Pierre-et-Miquelon, où nous jouerons au début de novembre. Il y a tellement de possibilités que je pourrais revenir avec une deuxième version de cette production. Après tout, les chansons de cette époque ont fait le travail bien avant moi», constate Michaël Rancourt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer