L'improbable nomination d'Hervé Bouchard

Hervé Bouchard court la chance de remporter l'un... (Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Hervé Bouchard court la chance de remporter l'un des Prix littéraires du gouverneur général, catégorie théâtre, grâce à un livre intitulé Le faux pas de l'actrice dans sa traîne.

Archives Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Hervé Bouchard a été le premier étonné lorsque l'une de ses oeuvres, Le faux pas de l'actrice dans sa traîne, s'est hissée parmi les finalistes des Prix littéraires du gouverneur général. Même si elle ne devait pas l'emporter le 25 octobre, jour où les gagnants seront connus, le fait que le jury ait sélectionné ce livre publié au Quartanier, dans la catégorie Théâtre, suffit pour faire son bonheur.

«L'impact est important. Ça va élargir la diffusion de ce titre, puisqu'il sera acheté par toutes les bibliothèques. En plus, peut-être qu'on va me prendre au sérieux si je demande une subvention à l'écriture, ce que je n'ai pas fait à ce jour», a lancé l'écrivain saguenéen sur un ton mi-sérieux, mi-blagueur, au cours d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.

Ce qui l'a surpris, c'est le fait qu'on ait retenu le texte d'une pièce qui n'a pas encore été jouée. Il y a aussi quelque chose de flatteur dans le fait de côtoyer des noms comme ceux du Jeannois Michel Marc Bouchard, en lice grâce à La divine illusion, Wajdi Mouawad, auteur d'Inflammation du verbe vivre, Olivier Kemeid, choisi en vertu de Five Kings: l'histoire de notre chute, ainsi que Sébastien David et son oeuvre intitulée Les haut-parleurs.

«J'ai déjà remporté un prix dans la catégorie Jeunesse, texte, pour Harvey, mais là, c'est une autre gang, souligne Hervé Bouchard. Peut-être que cette présence parmi les finalistes des Prix littéraires du gouverneur général incitera une troupe de théâtre à porter ma pièce à la scène. Ça pourrait se faire avec trois comédiens.»

En attendant, notons que l'histoire que raconte Le faux pas de l'actrice dans sa traîne trouve son origine dans un spectacle créé à Jonquière, par le Théâtre CRI. L'un des personnages, celui de la veuve qui était enfermée dans une robe en bois, faisait partie de la pièce Parents et amis sont invités à y assister. Ce rôle piégeux forme la trame du livre, alors qu'on le propose à une comédienne afin de nuire à sa carrière.

«C'est viré à l'envers. Ça représente une tout autre affaire par rapport à la pièce, rapporte Hervé Bouchard en parlant de son livre. C'est du théâtre qui se passe au théâtre et je me suis laissé aller dans l'écriture, ce qui explique que le texte fournit plus d'informations au lecteur que le spectacle n'en proposerait au spectateur.»

Du seul fait de sa présence en finale, il a mérité une bourse de 1000$ accordée par le Conseil des arts du Canada, le commanditaire des Prix littéraires du gouverneur général. Si son livre devait l'emporter le 25 octobre, l'auteur toucherait une somme de 25 000$, tandis que le Quartanier hériterait de 3000$, une somme destinée à des activités de promotion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer