Philippe Brach fuit la routine

Philippe Brach sera en spectacle à l'Espace Côté-Cour... (Photo courtoisie, Le petit russe)

Agrandir

Philippe Brach sera en spectacle à l'Espace Côté-Cour de Jonquière vendredi, puis à la Boîte à Bleuets d'Alma le lendemain. Le 22 octobre, il sera à la Salle Desjardins/Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini.

Photo courtoisie, Le petit russe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Cinq nominations au prochain Gala de l'ADISQ, des supplémentaires qui s'ajoutent à la tournée Portraits de famine et une série de spectacles qui le mèneront aux quatre coins du pays dans le cadre du Coup de coeur francophone. Ajoutons à cela le rôle de porte-parole des Francouvertes, le fait qu'il ne peut plus utiliser ses deux bras pour tenir sa guitare et le portrait de l'automne de Philippe Brach se dessine.

La banalité, Philippe Brach ne connaît pas. Quand un semblant de routine se pointe le bout du nez, l'auteur-compositeur-interprète s'arrange pour la faire disparaître.

«Je ne veux pas être sur le pilote automatique», assure-t-il au cours d'un entretien téléphonique.

Tendinites

Depuis cet été, toutefois, c'est bien involontairement qu'il est confronté à l'imprévu.

Une tendinite dans chaque bras et un problème de tunnel carpien l'empêchent de manier sa guitare jusqu'à la fin de la tournée en janvier.

«Au début, ça me faisait "chier big time". Là, je peux dire que c'est un mal pour un bien. Ç'a m'a forcé à m'approprier la scène. C'est une corde de plus à mon arc.»

Le coloré auteur-compositeur-interprète admet que le processus a été difficile.

«Une guitare, c'est une béquille aussi. Pour les "tounes" qui bougent plus, ce n'est pas un problème, mais pour les chansons plus relax, je ne savais pas quoi faire de mes bras. Tranquillement pas vite, je m'y fais. On ne donne pas moins un bon show, au contraire», assure-t-il.

C'est donc accompagné d'un guitariste que le public de la région pourra le voir au cours des prochains jours.

Il sera d'abord à l'Espace Côté-Cour de Jonquière vendredi, puis à la Boîte à Bleuets d'Alma le lendemain. Le 22 octobre, il sera à la Salle Desjardins/Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini.

ADISQ

À la fin du mois, c'est sur les planches de la Place des Arts qu'il pourrait monter dans le cadre du Gala de l'ADISQ.

Philippe Brach cumule cinq nominations pour l'occasion, et pas n'importe lesquelles. Il est en lice dans les catégories Auteur ou compositeur de l'année, Chanson de l'année, Album de l'année - Alternatif, Album de l'année - Choix de la critique ainsi que Pochette d'album de l'année.

«Je suis flatté. Je suis content parce que c'est une bonne progression logique avec le premier album», affirme celui qui, avec La foire et l'ordre, avait été sacré Révélation de l'année en plus d'être en lice dans la catégorie Album de l'année - Folk en 2015.

Cette fois, il s'avoue surpris de retrouver sa Crystel aux côtés de Nous autres des 2 Frères et Ton départ de Marc Dupré .

«Ce n'est pas la chanson qui a le plus tourné à la radio. Je n'ai jamais pensé me retrouver dans la catégorie Chanson de l'année. Ça me fait rire!»

Ce qui le rend particulièrement fier, par contre, c'est la nomination dans la catégorie Pochette d'album de l'année. «Je produis moi-même mes albums et je travaille souvent avec des amis. En mettant ces deux éléments ensemble, ça fait en sorte que tu sous-payes du monde que t'aimes. Ça me rend heureux que leur travail soit reconnu», explique-t-il.

Il est aussi fier de se retrouver en nomination aux côtés d'artistes qu'il apprécie, notamment Fred Fortin, un artiste qui l'a beaucoup influencé, ainsi que son amie Safia Nolin.

«Je suis bien content d'être dans le tas», assure celui qui se produira ensuite aux quatre coins du pays dans le cadre de la tournée du Coup de coeur francophone.

Partir en voyage

En janvier, il souhaite partir en voyage pendant trois ou quatre mois. «C'est principalement pour brasser les idées, changer d'air, faire le vide. Ce n'est pas un voyage d'écriture, mais il devrait tout de même sortir quelques "tounes" de ça». L'Indonésie, la Tanzanie, le Costa Rica..., il ignore encore où il ira. «J'aimerais aller voir un endroit où il y a plus d'animaux que d'humains.»

L'été prochain, il compte rentrer en studio, afin de livrer un nouvel album en octobre ou novembre 2017, exactement deux ans après la sortie de Portraits de famine.

En attendant, Philippe Brach agit aussi à titre de porte-parole des Francouvertes, concours qu'il a lui-même remporté. «Ç'a m'a vraiment aidé. Ç'a été une bonne expérience.»

Les auteurs-compositeurs-interprètes qui souhaitent tenter leur chance ont jusqu'au 30 octobre pour s'inscrire au francouverte.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer