Nicole Houde vue par Yvon Paré

Nicole Houde pose en compagnie du président des... (Archives, La Presse)

Agrandir

Nicole Houde pose en compagnie du président des Éditions Hurtubise, Hervé Foulon.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Encouragé par le succès de sa première série d'ateliers consacrés à la littérature québécoise, lesquels abordaient le sujet en adoptant pour point de référence les écrivains du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Yvon Paré reprend du service. La différence est que la nouvelle mouture, qui donnera lieu à quatre rendez-vous au lieu de huit, sera centrée sur une seule personne: Nicole Houde.

Yvon Paré consacrera une série d'ateliers à l'oeuvre... (Archives Le Quotidien, René Bouchard) - image 1.0

Agrandir

Yvon Paré consacrera une série d'ateliers à l'oeuvre romanesque de Nicole Houde. La première de ces rencontres aura lieu le 11 octobre, à la bibliothèque municipale de Jonquière.

Archives Le Quotidien, René Bouchard

Ce choix se veut un hommage à celle qui est disparue il y a quelques mois, mais tient d'abord à la qualité exceptionnelle de son oeuvre balisée par 14 titres, tous publiés aux Éditions de La Pleine Lune. Quatre d'entre eux, La maison du remous, La chanson de Violetta, Je pense à toi et La vie pour vrai, seront évoqués de manière plus pointue à l'occasion des rencontres tenues à compter du 11 octobre, à la bibliothèque municipale de Jonquière.

«La constance et la densité des romans de Nicole Houde sont remarquables. Elle avait étudié en anthropologie et dans ses livres, on voit que les personnages sont porteurs d'une identité à la fois individuelle et collective. Souvent, aussi, on retrouve des gens qui transgressent les normes, en particulier des femmes», a décrit Yvon Paré vendredi, au cours d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

C'est à Saint-Fulgence, le patelin de Nicole Houde, que cet univers singulier se déploie. Même s'il avait tout lu et que la romancière comptait parmi ses proches, Yvon Paré s'est plongé dans les 14 livres, systématiquement, afin de préparer ses conférences. «C'est extraordinaire de lire tout ce qu'a produit une écrivaine que tu aimes. Depuis quelques jours, je ne lis que ça», note le journaliste et chroniqueur, lui aussi romancier de plein droit.

De nouveau à la télé

Intitulée De Damase Potvin à Hervé Bouchard, la première série d'ateliers a attiré une vingtaine de personnes à la bibliothèque de Jonquière, de même qu'un auditoire beaucoup plus large grâce aux enregistrements produits par le câblodistributeur Cogeco. Ils ont été diffusés sur son réseau, ainsi qu'à MAtv pour le bénéfice des abonnés de Vidéotron.

«J'ai eu plein de réactions positives à la suite de ces émissions. Ça m'a étonné parce que c'était de l'anti-télévision et parce qu'on vit à une époque où l'habitude a été prise de s'exprimer à l'aide de clips», souligne Yvon Paré. Il était donc bien disposé lorsque l'Association professionnelle des écrivains de la Sagamie a tâté le terrain en vue d'une deuxième édition.

«Encore une fois, les ateliers seront filmés et devraient être diffusés au printemps. Quant aux inscriptions, elles ont permis de réunir une dizaine de noms jusqu'à présent. Si on se rend à 20, ce sera parfait», mentionne Yvon Paré. Tout ce qu'il souhaite, c'est que les participants lisent au moins un roman de Nicole Houde au cours de l'automne, ce qui, à ses yeux, s'apparente à un plaisir, plutôt qu'à un devoir.

Précisons que les ateliers, pour lesquels il est possible de s'inscrire en téléphonant au numéro 418-698-3000, poste 4650 (le coût de l'admission s'élève à 40$ pour les quatre rencontres), dureront deux heures chacun. Présentés de 18h à 20h, ils auront lieu les 11 et 25 octobre, de même que le 1er et le 15 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer