Le Noël de l'amateur de vinyles

Steve Dallaire et Mélanie Villeneuve... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Steve Dallaire et Mélanie Villeneuve

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Vous aimez les vinyles neufs, ceux qui pèsent 180 grammes et produisent un son plus riche que n'importe quel autre support, y compris le numérique ? Vous cherchez à combler des trous dans votre collection de vieux disques ? Si tel est le cas, vous devez vous rendre au sous-sol de l'église Saint-Isidore du secteur Rivière-du-Moulin, le 8 octobre.

Ce jour-là, au 108 rue des Ormes, Steve Dallaire et Mélanie Villeneuve, de Pôle Rock Productions, accueilleront 19 vendeurs et plusieurs centaines d'amateurs de musique. Ils tiendront la deuxième édition du Salon du disque de Saguenay, qui sera accessible de 9 h à 16 h. Pendant la première heure, on devra débourser 5 $ pour entrer. Ce sera la prime versée par les oiseaux matinaux, tandis que le reste du temps, le prix de l'admission sera ramené à 2,50 $.

« C'est le Noël de l'amateur de vinyles. Je suis l'un des organisateurs et moi aussi, je vais en profiter pour acheter des disques. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai créé cet événement avec Mélanie. Ici, il n'y a qu'un endroit où on vend de l'usagé », a souligné Steve Dallaire au cours d'une entrevue accordée au Quotidien.

L'an dernier, le duo s'attendait à recevoir 200 personnes, alors que 500 ont visité le salon pour acquérir des galettes noires. « Tous ces gens nous ont dit qu'ils possédaient une table tournante. Ils n'étaient pas venus juste pour sentir », fait observer Mélanie Villeneuve. Des disques s'étaient envolés pour aussi peu de 2 $, alors que d'autres sont allés chercher dans les 300 $, preuve que lorsqu'on aime, on ne compte pas.

Pour combler tous les besoins, les organisateurs ont recruté neuf vendeurs de la région et dix de l'extérieur. Certains sont spécialisés dans l'usagé et d'autres dans le neuf, ce qui est le cas des Productions de l'Ours, enracinées au Café Cambio de Chicoutimi, et de la boutique Planet Claire nichée sur la rue Saint-Denis, à Montréal. C'est un gars de la région, Martin Desgroseillers, qui l'a ouverte il y a un an.

« Tous les genres seront représentés au salon, du disque pour enfants au metal, en passant par le classique », énonce Steve Dallaire. Le rock demeure l'un des créneaux les plus populaires, mais l'an passé, on a remarqué une tendance étonnante. « Plusieurs recherchaient des albums de Noël, ceux d'artistes comme Renée Martel et Ginette Reno, mais aussi les compilations popularisées par la compagnie K-Tel. Ça leur rappelle des souvenirs », indique Mélanie Villeneuve.

Tel qu'évoqué tantôt, la qualité du son représente un facteur auquel les audiophiles sont particulièrement sensibles. S'y ajoutent le désir d'entendre des pièces qui ne sont pas accessibles sur d'autres supports, ainsi que le charme dégagé par l'objet. « Plusieurs aiment le format, la pochette », confirme Steve Dallaire, qui s'attend à voir 500 personnes succomber à l'attrait de ces drôles de choses qu'on appelait des 33 tours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer