Les souvenirs heureux de François Lachance

François Lachance... (Photo courtoisie)

Agrandir

François Lachance

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

« Alma, je reviendrai toujours au pays de mes premiers amours. »

Ce témoignage de fidélité envers sa ville natale, celle où François Lachance a vécu jusqu'à l'adolescence, ne constitue pas uniquement le fruit d'une commande. Oui, c'est le comité organisateur du 150e qui lui a demandé de créer la chanson-thème des fêtes qui se déploieront en 2017, mais dans ce texte, le jeune homme parle d'abord le langage du coeur.

Il est question du clocher qui résonne jusqu'au café où il s'est attablé et d'emblée, on pense à celui de l'église Saint-Joseph. Les deux rivières qui enserrent la communauté fondée par Damase Boulanger effectuent également une apparition, tout comme le parc Falaise, lieu de joyeuses glissades à la saison froide.

Ajoutons les courses de boîtes à savon sur la rue Collard, un doux souvenir d'été, et on obtient le portrait d'une ville où tout se passe à l'échelle humaine, où les voisins ne sont pas de purs inconnus, où les plaisirs simples n'ont pas perdu droit de cité. « À Alma, c'est rare de croiser quelqu'un qui ne te sourit pas », a souligné l'artiste mardi, à l'occasion d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Après avoir pondu une version dont le point de départ était l'exode, tel qu'illustré par le narrateur, il a révisé sa copie afin de lui conférer des tonalités plus radieuses. « Je trouvais que ce n'était pas assez heureux. C'est pour cette raison que j'ai intégré des souvenirs de jeunesse. On dirait que la nostalgie, c'est un sujet qui me vient facilement », fait observer François Lachance.

Une autre anecdote qui aurait pu trouver son chemin sur Alma s'est déroulée à l'été 2013. Cette année-là, fort de l'impulsion générée par sa participation à l'émission de télévision Star Académie, le chanteur avait eu l'occasion de se produire à Place Festivalma. « Ayant assisté à plein de spectacles à cet endroit, ça avait représenté une grande affaire pour moi », confie-t-il.

Ce fils du quartier Saint-Pierre demeure très attaché à son patelin, puisque la plupart des membres de sa famille y vivent toujours. Il sera donc heureux de participer au lancement de la chanson-thème jeudi, à l'occasion d'une conférence de presse tenue à Alma. Ce qui ajoute à sa fierté, c'est le fait que la pièce a été insérée dans Histoires vraies sans qu'il n'y ait rupture de ton. Elle y a fait son lit tout naturellement.

« J'ai fait d'une pierre, deux coups en écrivant un texte représentatif de ce que j'ai vécu, ainsi qu'une musique qui se moule au reste de l'album. Ce n'est pas, non plus, une chanson qui va cesser d'être pertinente à la fin des festivités. Il y a juste assez de distance pour qu'elle soit intemporelle », explique François Lachance.

Son nouvel album lancé le 3 octobre

François Lachance ne sera pas seul, le 3 octobre, lorsqu'il procédera au lancement de son deuxième album, Histoires vraies. Toutes les personnes qui ont participé à sa campagne de sociofinancement l'accompagneront en pensée, puisque sans elles, sans les 25 000 $ amassés par le truchement de Kickstarter, ce projet aurait mis plus de temps à se concrétiser.

« C'était la cible idéale, ce que ça prenait pour couvrir tous les frais découlant de la production du disque, mais je ne pensais pas qu'on se rendrait jusque-là. Cette opération m'a permis de constater que trois ans après la sortie de J'suis là, les gens demeurent intéressés par ce que je fais », a mentionné l'artiste au Quotidien.

Soulignant que les 12 titres formant l'album ont été écrits et composés par ses soins, il note une forme de continuité par rapport à son premier enregistrement. Les accents folk-rock restent présents à travers les ballades et les pièces plus rythmées, tandis que l'amour, l'amitié et les voyages nourrissent toujours son propos.

La différence, c'est que François Lachance a été encore plus engagé dans le processus créatif. À toutes les étapes, il a eu son mot à dire, même au moment où Guy Tourville assurait la réalisation du disque. « Histoires vraies, c'est réellement mon bagage et des trucs qui me sont arrivés », confirme le chanteur originaire d'Alma.

Après avoir été sous le giron des Productions J, il apprivoise son indépendance retrouvée il y a 18 mois. Les choses se présentent si bien que le rêve de poursuivre sa carrière dans la chanson, de vivre de son art, ne semble pas irréaliste. Cette possibilité sera explorée à fond, même si sa priorité immédiate consiste à décrocher un diplôme en éducation physique à l'UQAC.

Il doit compléter deux sessions pour mettre le point final à sa formation d'une durée de quatre ans. « J'ai commencé en 2011, mais à ce moment-là, je ne savais pas que la musique occuperait autant de place dans ma vie », relate François Lachance qui, en plus de vivre l'aventure Star Académie au Québec, a participé à l'émission The Voice : La plus belle voix, le pendant français de La Voix, en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer