Artiste envers et contre tout

C'est ce chapiteau qui a été dressé près... (Photo courtoisie, André Bouchard)

Agrandir

C'est ce chapiteau qui a été dressé près de l'Eau-Berge de Tadoussac, où il accueillera une murale en fin de semaine. Elle sera créée par l'artiste André Bouchard à l'occasion du Happening de peinture.

Photo courtoisie, André Bouchard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Bien qu'il ait été trahi par son corps dans les dernières années, qu'on ne le verra plus danser et sauter sur place entre deux coups de pinceau comme c'était son habitude, André Bouchard se sent d'attaque pour relever un nouveau défi. Celui-ci consiste en la création d'une murale en public, une oeuvre qui sera réalisée les 10 et 11 septembre, près de l'Eau-Berge de jeunesse de Tadoussac.

«Depuis quatre ans, je m'entraîne pour reprendre des forces. Je fais du vélo, entre autres, et je crois que ça débouche les artères, mais tout ceci reste fragile. Je pète le feu depuis une dizaine de jours, sauf qu'à tous les mois, je dois passer quatre ou cinq jours au lit. Je tombe en panne d'énergie», a-t-il raconté vendredi, à l'occasion d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Lui qui vit désormais à Donnacona, dans la foulée d'un long séjour à L'Anse-Saint-Jean, n'a pas perdu le goût de s'investir dans des activités publiques comme celle qui le mobilisera en fin de semaine. C'est pourquoi il sera présent de 9h à 17h, samedi et dimanche, afin de peindre sa murale sur une surface en plexiglas mesurant quatre pieds par huit.

Ce sera sa façon de souligner les dix ans du Happening de peinture de Tadoussac, tout comme le 40e de l'Eau-Berge de jeunesse. L'homme a dressé un chapiteau dont deux murs sont couverts de toiles réalisées dans les dernières semaines. Un troisième côté, lui, a été laissé libre afin d'accueillir sa prochaine création qui sera le fruit du mariage de l'huile et de l'acrylique.

«L'huile que j'utilise se prête à la réalisation de paysages. Il y aura donc des éléments figuratifs auxquels j'ajouterai une branche d'arbre qui traversera le plexiglas, dont l'une des propriétés est de faire ressortir la transparence des couleurs. Je vais aussi appliquer du sable prélevé sur les dunes de Tadoussac», annonce André Bouchard.

Il invite les amateurs d'art du Saguenay-Lac-Saint-Jean à le visiter pendant ses heures de travail, tout en les encourageant à piquer une pointe en soirée. De cette manière, ils apprécieront l'effet produit par son système d'éclairage. «Le chapiteau forme un cube lumineux», confirme le peintre qui, faute de danser, récitera le poème intitulé Un monde sans guerre, une vieille habitude que même ses artères encombrées n'ont pas réussi à éliminer.

Précisons que la présidence d'honneur du Happening de peinture de Tadoussac est assumée par Claude Bonneau, un artiste bien connu dans la région, où il participe à plusieurs symposiums chaque année. Il fait partie des 35 invités de l'édition 2016, un groupe qui comprend le Chicoutimien René Gagnon, à qui le comité organisateur vient de conférer le statut d'ambassadeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer