Albanel rend hommage au « poète fantôme »

Clément Martel, Louise Portal, Chantale Simard, Gérald Lebrun... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Clément Martel, Louise Portal, Chantale Simard, Gérald Lebrun et Francine Chiasson ont inauguré la bibliothèque Denis-Lebrun.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La municipalité d'Albanel rend hommage au «poète fantôme» peu connu Denis Lebrun en nommant la bibliothèque municipale à son nom.

Cinquante ans après sa mort, le 8 septembre 1966, une reconnaissance posthume est faite à Denis Lebrun dont la poésie a marqué l'artiste Louise Portal. «Il avait un talent exceptionnel, mon père n'en revenait pas. C'est un jeune poète disparu trop tôt. Je l'avais rencontré à Chicoutimi quand je faisais du théâtre amateur avec Rémi Girard. Son recueil de poésie Du sable et des cendres m'avait émue et m'émeut toujours. On avait décidé de monter un spectacle avec ce recueil pour lui rendre un hommage posthume», a raconté la comédienne, jeudi, lors du dévoilement d'une exposition permanente et de la plaque qui orne l'édifice. Elle tenait absolument à être présente pour cet événement. Elle a fait vivre un beau moment d'émotion aux gens présents en lisant un texte de Lebrun: «Quand je serai mort, je veux qu'on m'enterre sur le bord de la mer et qu'on tire sur moi l'éternité des vents et des marées. Puis qu'on me laisse seul à mes rêves de sel, seul aux gestes perdus qui hanteront ma mémoire comme les objets égarés aux années des navires et que le naufrage vient dégorger au soleil», a-t-elle récité les larmes aux yeux avec son édition autographiée de l'auteur.

La famille du défunt a travaillé très fort et pendant de nombreux mois pour que ce projet se concrétise. Ils ont ainsi exaucé le rêve de leur mère, Jeannine Gobeil, qui souhaite que le talent de son fils soit reconnu et ne tombe pas dans l'oubli.

«Elle a conservé tous ses manuscrits, sa machine à écrire, sa guitare, les articles de journaux, les enregistrements audio et bien d'autres choses. Ça nous a permis ainsi de réaliser cette exposition. Il fallait recréer le monde de Denis Lebrun et ainsi faire connaître son oeuvre et son talent», a-t-elle mentionné.

Le père de Louise Portal a été subjugué par la prose de Lebrun. Il a d'ailleurs correspondu avec sa mère pour lui confirmer l'importance de conserver et rechercher tous ses manuscrits après sa mort. Il l'a comparé à Émile Nelligan et Arthur Rimbaud.

Prolifique

Il a commencé à écrire à 17 ans et s'est éteint à l'âge de 22 ans d'un cancer. Durant cette période, il a publié deux recueils de poésie, écrit 29 poèmes, 30 chansons, 20 nouvelles, neuf contes de Noël, trois contes de Pâques, sept pièces de théâtre et un roman inachevé.

«Il renouvelait les genres. Il passait dans la tale d'aulnes, pas sur les routes tracées. Il aurait révolutionné la littérature d'ici, s'il avait vécu plus vieux», a témoigné son grand ami Clément Martel qui a étudié au séminaire avec lui.

Conférence

Louise Portal sera à la bibliothèque Denis-Lebrun ce soir à 19h pour une causerie littéraire sur son livre Pauline et moi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer