Retour en arrière technologique

Gabriel Fortin a déniché une affiche lumineuse de... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Gabriel Fortin a déniché une affiche lumineuse de bingo qui a notamment servi à la mise en scène de l'un des portraits.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Stop. Avance. Recule. L'époque du VHS évoque des souvenirs plus ou moins heureux pour ceux qui ont dû composer avec les bandes abîmées et les interminables minutes à chercher un «programme» enregistré sur une cassette. À une époque où la technologie permet de véritables miracles, c'est pourtant bien volontairement que l'artiste Gabriel Fortin a opté pour le VHS dans le cadre de son projet intitulé Sous-sols, présenté au centre d'artistes Le LOBE.

Gabriel Fortin a choisi de tourner ses vidéos... (Photo Le Quotidien, Anne-Marie Gravel) - image 1.0

Agrandir

Gabriel Fortin a choisi de tourner ses vidéos à l'aide d'un caméscope VHS. Le choix de l'outil a plongé l'artiste hors de sa zone de confort, lui qui est habitué de travailler avec les toutes dernières technologies.

Photo Le Quotidien, Anne-Marie Gravel

Gabriel Fortin a été sélectionné afin de réaliser la longue résidence d'été du Lobe. Depuis le 13 juin, il est installé dans les locaux de la rue Bossé.

Celui dont le travail valse entre cinéma et arts visuels a choisi de se lancer dans un projet où il effectue un retour en arrière technologique. Il a réuni des personnes et des objets afin d'en faire des portraits mettant en évidence sa fascination pour l'étrange dans la culture populaire québécoise.

«J'ai pensé tourner en VHS pour brouiller les pistes, pour donner un style. C'est un gros "trip" esthétique. On est habitué de travailler en HD tout propre. Je voulais casser cette façon de faire. Je suis habitué de travailler avec le souci que tout soit parfait. Travailler en VHS implique de la patience. Par exemple, je me suis vite rendu compte que ça ne donnait rien de trop travailler l'éclairage. C'est dur d'accepter ça.»

Lors de son premier essai, la peur a envahi l'artiste. «La caméra a mangé ma cassette. J'ai eu peur de vivre ça tout au long du projet, mais ça ne s'est pas répété. Ça sort de sa zone de confort, ça complique les choses», assure celui qui détient un baccalauréat interdisciplinaire en art et une maîtrise en art de l'UQAC.

Tout au long de l'exposition, grâce à cinq projecteurs répartis au Lobe, l'artiste projette en boucles des portraits en vidéos de trois à quatre minutes.

«Je fais de la vidéo de façon photographique. Certains sujets font de légers mouvements qui trahissent la vidéo, mais en majorité, ce sont des trucs très placés, des plans fixes. Les éléments sont placés comme si je construisais un tableau», décrit-il.

Ses réalisations plongent dans le passé, sans être arrêtées dans le temps. «Je ne voulais pas que ça fasse référence à une époque. C'est un retour dans le passé sans date précise», explique-t-il. «Il n'est pas possible d'identifier une année. J'ai eu recours à des gens qui ont un truc intemporel.»

Pour le bien de ses tournages, l'artiste a notamment installé une affiche lumineuse de bingo, un Ski-Doo rose et des statues de lions dans les locaux du Lobe.

«Je me suis inspiré des personnes et des objets pour faire des agencements. C'est surtout un travail de recherche et d'expérimentation», souligne celui qui a fait le tour des marchés aux puces. «Dans chaque portrait, il y a une petite histoire. Quelque chose lie les personnes et les objets.»

Tous ces éléments sont conservés au Lobe pour l'exposition. Le local lui-même fait partie du projet. C'est d'ailleurs le lieu qui a inspiré le titre à l'artiste. «Le local me rappelait l'esthétique d'un sous-sol de bungalow, le sous-sol chez papa et maman», affirme-t-il en souriant.

L'exposition Sous-sols sera en place jusqu'au 15 septembre. Elle s'insère dans le projet Obsolescence pop initié par l'artiste-commissaire en résidence sur deux ans, Stéfanie Requin Tremblay, dans lequel cinq artistes sont invités à réfléchir autour de la même thématique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer