De la musique qui se vit

François-Pierre R.-Legendre animera dix soirées électro au Sous-Bois... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

François-Pierre R.-Legendre animera dix soirées électro au Sous-Bois de Chicoutimi, d'ici au printemps. Le premier de ces rendez-vous aura lieu le 3 septembre, à compter de 21h.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

L'expérience tentée en juillet ayant été concluante, François-Pierre R.-Legendre, alias Jim Star, prendra ses aises au Sous-Bois de Chicoutimi. Le DJ chicoutimien animera des soirées Shut Up And Dance à compter du 3 septembre, une séquence comprenant dix rendez-vous étalés jusqu'au 3 juin.

«Le titre se veut humoristique. C'est une façon de dire que cette activité est d'abord centrée sur la musique et la danse. Ça procure aux gens une occasion de se lâcher lousses», a-t-il décrit mardi, à la faveur d'une entrevue accordée au Quotidien.

Le lieu lui plaît, en particulier la proximité avec le public regroupé au bas de la petite scène. La nature de la clientèle ajoute aussi à l'intérêt du projet dont le point d'origine fut une soirée tenue pendant le Festival des bières du monde. «Ceux qui fréquentent le Sous-Bois sont ouverts d'esprit», fait valoir François-Pierre R.-Legendre.

La première édition officielle de Shut Up And Dance débutera à 21 h et permettra d'apprécier le travail de quatre DJ. L'hôte a invité des collègues à se joindre à lui, en effet, tout en se réservant la dernière portion du programme, qui devrait prendre fin quelque part entre 1 h et 3 h du matin.

Il sera précédé par ses camarades Tony Jones et The Funkhaüser, originaires du Saguenay tout comme lui. Le troisième à apparaître sur la scène sera Dale T., qui poursuit sa carrière à Montréal après avoir vécu quelques années dans la région. Comme c'est de la visite rare, il jouira d'une fenêtre plus large afin de présenter son travail.

Du rythme et de l'émotion

Quand on demande à François-Pierre R.-Legendre quel est le rôle d'un DJ, la première réponse qui lui vient à l'esprit fait intervenir un mélange de sensibilité et de psychologie. «Il faut lire les gens, voir à quel niveau d'énergie on peut les amener. L'émotion passe par les textures sonores, la rythmique. On raconte ainsi une histoire», énonce-t-il.

Lui-même se présente avec 1000 enregistrements gravés sur des CD. Il y a ses compositions à lui et celles des autres, dont un certain nombre sont commercialisées par ses soins, notamment sur l'étiquette Monique Musique. Il lui arrive de s'animer derrière ses tables tournantes, mais pas trop. Son truc, c'est de laisser parler la musique.

«D'habitude, je commence doucement pour mettre les gens dans l'ambiance, explique l'invité du Sous-Bois. Puis, je construis au fur et à mesure que la piste de danse se remplit. J'amène alors des variations parce qu'une ligne droite, peu importe la hauteur, le degré d'intensité, ça finit par être plate.»

Ceux qui associent la musique électro à des beats robotiques ne sont pas familiers avec son approche. «Je privilégie la techno house, l'avant-garde. C'est underground et ludique en même temps. Il faut communiquer une émotion, en effet, puisque le but consiste à danser. C'est une musique qui se vit», résume joliment François-Pierre R.-Legendre.

Le rêve de François-Pierre R.-Legendre

François-Pierre R.-Legendre se donne un an ou deux pour vivre de son art. Celui qui cumule les fonctions de DJ et de producteur de disques croit que même en résidant au Saguenay, il est possible de mener une carrière gratifiante, une carrière qui rayonne à l'international.

«À l'époque où j'animais des raves, une période qui a pris fin aux alentours de 2002, il aurait été plus commode de déménager à Montréal. Pour les contacts, ça m'aurait procuré un avantage. J'ai cependant fait le choix de demeurer à Chicoutimi parce que j'aime mon coin», fait-il observer.

Aujourd'hui, la gestion de ses nombreuses étiquettes de disques le tient occupé, tout comme les soirées électro où on le voit travailler aux tables tournantes. Ce qui pourrait évoluer prochainement, c'est cette dernière fonction, qui suscite une demande soutenue. Le moment où il fera le DJ à l'étranger n'est pas loin, à l'en croire.

«J'ai déjà reçu des propositions, mais je n'étais pas à l'aise de partir en tournée parce qu'il fallait s'occuper de la compagnie. Il y a toutefois d'autres invitations qui s'en viennent, notamment de l'Europe», laisse entrevoir François-Pierre R.-Legendre.

Ce qui le rend plus ouvert à cette idée, c'est l'approche de la quarantaine. Cette étape sera franchie dans quelques mois, d'où le sentiment d'urgence qui commence à guider ses gestes. Il y a aussi les liens tissés avec des collègues, sur tous les continents.

«C'est pour cette raison que je décris cette activité comme un hobby sérieux. Déjà, je ne fais que ça, ou presque. Mon objectif consiste donc à en vivre, comme c'était le cas à l'époque où j'animais des raves», confie le Chicoutimien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer