Au public de se prononcer

Le réalisateur et coscénariste Alain Desrochers a pu... (photo courtoisie, Les films Séville)

Agrandir

Le réalisateur et coscénariste Alain Desrochers a pu travailler avec son fils Antoine sur Nitro Rush. Le jeune homme reprend le rôle de Théo, le fils du personnage principal incarné par Guillaume Lemay-Thivierge, qu'il avait aussi campé dans Nitro alors qu'il était un jeune enfant.

photo courtoisie, Les films Séville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

C'est la réponse du public qui va décider s'il y aura une suite à Nitro Rush. Alain Desrochers, le réalisateur et coscénariste de Nitro et de Nitro Rush, lui, est prêt à se lancer à nouveau.

«Ce qui fait qu'on a réalisé un deuxième film, c'est la réponse du public. Pour moi, le cinéma est fait pour les gens qui l'écoutent. Il en faut pour tous les goûts», affirme-t-il d'emblée au cours d'une entrevue téléphonique. «Dans Nitro, on avait fait une fin ouverte. Je me disais déjà que s'il y avait une suite, Max s'évaderait de prison. Cette fois encore, on propose une fin ouverte. Je n'aurais aucun problème à faire un troisième film. C'est la réponse du public qui va décider de la suite des choses. Moi, j'ai la volonté pour en faire 10 autres», affirme-t-il.

Selon Alain Desrochers, tourner un film d'action ne comporte pas plus de défis que réaliser les autres types de longs-métrages. «Pour moi, faire un film au Québec, c'est déjà un exploit. Quel que soit le genre, ça représente des années de préparation et de demandes de subvention. Chaque long-métrage comporte son lot de défis, même si ce ne sont pas les mêmes.»

Le réalisateur et coscénariste de Nitro et de Nitro Rush considère d'ailleurs que les deux films sont bien différents.

«Nitro, c'était un film de chars. Nitro Rush n'en est pas un. Au Québec, on ne peut pas compétitionner contre les Fast and Furious de ce monde, on n'en a pas les moyens», affirme-t-il. «Pour moi, Nitro Rush, c'est un ''thriller'' d'action, avec un peu de comédie, qui contient aussi un message l'fun sur de jeunes ados qui se prennent en main, et qui a été écrit en fonction des habilités du personnage principal», décrit-il, soulignant que Guillaume Lemay-Thivierge a participé à l'élaboration du scénario en donnant quelques idées en tenant compte de ses aptitudes.

Le réalisateur a pris plaisir à se retrouver sur le plateau avec l'acteur, mais aussi avec Antoine Desrochers, son fils, qui campe le garçon de Max dans le film. Antoine Desrochers reprend ainsi le personnage de Théo qu'il campait dans Nitro, alors qu'il était un jeune enfant.

«Travailler avec son fils, c'est complètement différent. Il y a une familiarité, mais ç'a super bien été. Antoine a eu beaucoup plus d'expériences cinéma et télé avec d'autres réalisateurs qu'avec moi. Il a commencé avec moi quand il avait cinq ans, mais après ça, on n'a pas beaucoup tourné ensemble. Il a déjà beaucoup d'expérience, mais c'est quand même son premier gros rôle au cinéma, souligne-t-il. Je suis fier du résultat.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer