Nitro Rush: retour attendu

Madeleine Péloquin, Guillaume Lemay-Thivierge, Antoine Desrochers, Alexandre Goyette... (Photo courtoisie, Les Films Séville)

Agrandir

Madeleine Péloquin, Guillaume Lemay-Thivierge, Antoine Desrochers, Alexandre Goyette et Antoine Olivier Pilon campent les principaux personnages du film Nitro Rush.

Photo courtoisie, Les Films Séville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Guillaume Lemay-Thivierge espérait une suite au film Nitro depuis qu'il a entendu le mot «coupez!» sur le plateau en 2006. Le tournage de Nitro Rush, neuf années plus tard, lui est apparu comme un véritable cadeau du ciel.

«Dans la vie, j'ai toujours souhaité faire des films d'action», explique le comédien lors d'une entrevue téléphonique. Guillaume Lemay-Thivierge était particulièrement heureux de retrouver le personnage de Max, un dur. L'acteur est en forme, mais il a tout de même dû s'entraîner afin d'être prêt à camper le bagarreur. «La préparation est plus intense que ce que les gens pensent. On a passé deux mois presque à temps plein à préparer les cascades, à pratiquer la façon de donner et de recevoir les coups. Quand on tourne, on met tout ça en pratique, mais on n'a plus le droit à l'erreur. On est pressé par le temps. C'est intense, l'fun et très fatigant à la fois», assure-t-il.

Pour arriver à livrer la marchandise, l'énergique comédien a adopté un mode de vie particulier pendant le tournage.

«En dehors des moments de tournage, je marchais comme un p'tit vieux. Je faisais tout tranquillement pour qu'au moment d'ouvrir la machine, je sois au maximum de mes capacités. Après le tournage d'un film d'action, tu t'en vas chez vous comme si tu venais de te faire passer dessus par un truck!», image-t-il.

Guillaume Lemay-Thivierge admet avoir été un peu plus raisonnable quant à l'exécution des cascades pour Nitro Rush que lors du tournage de Nitro. «Il y a certaines choses avec lesquelles je suis moins à l'aise. En vieillissant, l'ego diminue. J'ai utilisé davantage le privilège d'avoir une doublure», affirme-t-il, précisant qu'il a tout de même fait 95% des cascades que le public pourra voir à l'écran. «Lors du tournage de Nitro, je me suis blessé et ça m'a ralenti beaucoup. Dans le deuxième, je me suis aussi blessé. Je ne pouvais pas me permettre de ralentir l'équipe en risquant de me blesser sérieusement, mais c'était difficile de dire que je ne ferais pas une ''shot''», convient-il.

Guillaume Lemay-Thivierge souhaite maintenant qu'un troisième film soit tourné. «J'espère en tourner un autre, mais il ne faudrait pas que ça prenne autant de temps. J'aimerais le faire avant d'avoir 50 ans», affirme l'acteur de 40 ans. «Quoique quand je regarde Tom Cruise, il fait encore bien des choses impressionnantes. Si je fais attention à moi, je devrais être encore capable un bout de temps.»

Partager

À lire aussi

  • <em>Nitro Rush</em>: prêt à surprendre

    Arts

    Nitro Rush: prêt à surprendre

    L'enjeu principal de la suite de Nitro, c'est de ramener, neuf ans plus tard, des personnages aimés du public tout en réinventant... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer