• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Rio Tinto met fin à son soutien au Quatuor Alcan 

Rio Tinto met fin à son soutien au Quatuor Alcan

Rio Tinto n'offrira plus de soutien financier au... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Rio Tinto n'offrira plus de soutien financier au Quatuor Alcan.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Rio Tinto met fin à son soutien financier au Quatuor Alcan. Après 27 années de collaboration, la multinationale a annoncé aux membres du quatuor et à la direction de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean sa décision de mettre un terme à son implication.

La responsable des communications de Rio Tinto, Xuân-Lan Vu, affirme que la décision a été prise dans le cadre d'une réorientation de l'entreprise en matière de dons et commandites.

«La décision a été prise dans le souci de rallier nos contributions en matière de dons et commandites. Nous sommes conscients que c'est un changement, c'est une réorientation. À l'époque, Alcan s'impliquait beaucoup dans le culturel. Nos créneaux sont maintenant les Premières Nations, l'éducation, la santé et l'environnement et le récréotourisme, ce qui comprend notamment l'événementiel et les festivals», énumère celle qui souligne que des festivals à caractère culturel seront toujours soutenus. «C'est sur ces créneaux qu'on doit se concentrer. C'est une évolution.»

Xuân-Lan Vu assure que la décision n'affectera pas la somme destinée aux dons et commandites au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Notre implication en terme de financement dans la région devrait demeurer équivalente. Nous souhaitons continuer à être présents et actifs en matière de dons et commandites au Saguenay-Lac-Saint-Jean et continuer à développer des partenariats qui génèrent des retombées positives.»

Sans vouloir fournir de chiffres, elle confirme que l'implication de l'entreprise avec le Quatuor Alcan représentait «une contribution financière majeure, un investissement important». Elle souligne qu'un plan a été mis en place afin d'accompagner le quatuor. «On a proposé un plan de transition à l'Orchestre symphonique et au quatuor afin de les accompagner financièrement.»

«Perdre le quatuor, ce serait dramatique»

La directrice générale de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean lance un appel aux dons afin de sauver le Quatuor Alcan. Christine Boily affirme que le principal défi de son organisation pour la prochaine année consiste à trouver une façon de combler le manque créé par la perte de l'aide financière de la multinationale. Faute de solution, le quatuor est appelé à disparaître.

Depuis son entrée en fonction, Christine Boily sait que le soutien de l'entreprise est appelé à diminuer et éventuellement disparaître. La contribution de Rio Tinto représentait 60% du budget du Quatuor Alcan.

«On a toujours espoir de conserver une petite partie de l'aide financière. On n'a pas eu de confirmation que c'est vraiment la fin, mais Rio Tinto se retire graduellement d'un projet commun», confirme-t-elle.

Pour l'année 2016-2017, le Quatuor Alcan bénéficiera de 25% du montant qui lui était alloué par Alcan il y a cinq ans.

La directrice générale de l'OSSLSJ confirme que son organisation travaille activement à trouver une solution pour conserver le quatuor.

«C'est une année de transition. C'est notre défi numéro un. On doit informer les gens et aller chercher de l'aide. Le Quatuor Alcan, c'est notre outil. On ne peut pas déplacer l'orchestre pour des activités, des événements ou pour aller dans les écoles. C'est le Quatuor Alcan qui s'en charge. Il faut que les gens nous soutiennent. Le quatuor est très important dans la région. Il ne faut pas le perdre», insiste-t-elle.

«Le rêve, ce serait qu'une compagnie ou un mécène manifeste l'intérêt de nous soutenir. L'orchestre ne peut pas soutenir le quatuor seul. On pense faire appel aux municipalités via les MRC, à des entreprises... On travaille avec la Ville et on a espoir. En tant qu'organisme, on peut bonifier les dons que nous recevons dans notre fonds. On fonde beaucoup d'espoir sur le fond. Si on n'est pas capable de trouver une solution, ce sera une perte énorme pour la région. J'aimerais que les gens aient le goût de nous soutenir pour poursuivre cette belle aventure ensemble», affirme-t-elle.

«Perdre le quatuor, ce serait dramatique. Ce serait un pas en arrière. Ça n'a pas été facile à l'époque de mettre le quatuor sur pied. Dans les conditions actuelles, je ne crois pas que ce serait possible de remettre un tel quatuor en place par la suite. Des quatuors en résidence, je crois qu'il y en a deux au Canada. C'est rare et précieux.»

Elle s'inquiète également de voir partir les musiciens professionnels. «Si on ne parvient pas à trouver une solution, est-ce que ces musiciens professionnels vont demeurer dans la région pour enseigner occasionnellement!», se questionne-t-elle.

David Ellis espère une mobilisation du milieu

David Ellis, membre du Quatuor Alcan depuis sa mise sur pied, est déçu de la décision de Rio Tinto. Il espère que la région va se mobiliser afin de sauver le quatuor.

Le musicien sait depuis un certain temps déjà que l'aide financière de Rio Tinto est appelée à disparaître.

«Depuis les débuts du quatuor, il y a toujours une menace de ne pas être renouvelé. Les ententes sont toujours d'une période de cinq ans. Depuis quelques années, Alcan a annoncé qu'elle allait retirer la subvention. La dernière entente était que Rio Tinto se retire graduellement», explique le musicien qui critique la décision de la multinationale.

«Je trouve que c'est une très mauvaise politique de la compagnie de faire ça. La compagnie est complètement différente de ce qu'elle était il y a 25 ans. J'ai l'impression que c'est une décision qui ne vient pas d'ici. Je pense qu'ils sont inconscients de la situation, car les gens qui prennent les décisions sont déconnectés de notre vie ici en région. L'investissement dans la culture, ça ne se compte pas en chiffres, mais en fierté», estime-t-il.

Il espère maintenant que la décision va susciter des réactions partout en région.

«J'espère que le milieu et la population vont manifester leur désaccord. C'est une perte pour la culture dans la région, pour la vie en région. Le quatuor est devenu une institution, pas seulement régionale, mais au niveau provincial et même national, mais il ne peut pas exister sans les commandites», affirme celui qui souligne que des concerts du quatuor sont planifiés jusqu'en 2018. «Ça compromet la présence du quatuor dans la région, mais pas son existence», conclut-il.

Le Quatuor Alcan en bref

• Le Quatuor Alcan est né d'un partenariat entre la multinationale Rio Tinto Alcan et l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

• Le Quatuor Alcan a été formé en 1989. Il a célébré son 25e anniversaire en 2014.

• Il est formé des violonistes Laura Andriani et Nathalie Camus, de l'altiste Luc Beauchemin et du violoncelliste David Ellis.

David Ellis et Natahlie Camus sont membres du quatuor depuis sa création.

• Les membres du Quatuor Alcan sont des employés rémunérés de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean

• Le Quatuor Alcan offre plus d'une cinquantaine de prestations par année. Environ 75% d'entre elles sont offertes en région.

• Au cours de la dernière année, la formation s'est produite notamment en Europe, en Colombie-Britannique, en Ontario, aux États-Unis et un peu partout au Québec.

• La contribution de Rio Tinto représentait 60% du budget du Quatuor Alcan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer