De charmantes retrouvailles à La Baie

Bruno Labrie et Audrey Gagnon ont célébré l'amour... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Bruno Labrie et Audrey Gagnon ont célébré l'amour vendredi soir, à l'occasion d'un spectacle présenté à l'Agora du village portuaire de La Baie.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

C'est fou comme le temps passe.

Il y a dix ans, Audrey Gagnon et Bruno Labrie faisaient partie de la cuvée de Star Académie qui a emménagé pendant une semaine, au Théâtre du Palais municipal de La Baie. La Saguenéenne, qui avait remporté le volet féminin du concours, était devenue la coqueluche du Québec aux côtés de son camarade du Lac-Saint-Jean, Marc-André Fortin.

Toujours active dans la chanson, elle est revenue dans sa région vendredi soir, à l'invitation de Diffusion Saguenay. Les retrouvailles ont eu lieu à l'Agora du village portuaire et malgré le ciel menaçant, les gradins étaient remplis des deux côtés de la scène lorsque l'auteure et interprète s'est pointée avec son partenaire.

Lui a changé, comme il l'a signalé au cours de la soirée. Ce qu'on remarque au premier chef, c'est que ses cheveux sont très courts, tandis qu'Audrey Gagnon, elle, semblait sortie d'une machine à remonter le temps: même look, même entrain, même spontanéité et surtout, même voix bien maîtrisée, laissant filtrer de jolies inflexions.

On a pu le constater dès le titre initial de ce programme centré sur le couple, L'hymne à l'amour. Le public a eu droit à une version habitée, avec un léger swing dans la voix auquel correspondaient les charmantes ondulations exécutées par l'interprète.

«Je suis contente. Ça faisait longtemps que je n'étais pas venue dans la région», a souligné Audrey Gagnon à la suite du deuxième titre, On va s'aimer encore, offert en duo. On sentait que la nostalgie ne résidait pas uniquement dans les chansons. Les gens étaient heureux de revoir un visage familier, tout en redécouvrant Bruno Labrie.

Solide à la guitare acoustique, lui aussi a montré de belles choses, notamment lors de l'interprétation d'une toute nouvelle composition. «C'est l'histoire de deux personnes qui s'aiment alors que ça saute partout. Je l'ai finie la semaine dernière et je la fais pour la première fois», a-t-il raconté avant de chanter Le monde est à l'envers.

Si la version qui sortira sur son prochain EP est aussi bien troussée, aussi engageante, que celle qui a été étrennée vendredi, les radios n'auront pas le choix de la faire jouer. Elle soutient la comparaison avec Nos travers, une pièce avec laquelle Audrey Gagnon et Bruno Labrie ont connu du succès en 2010 et qu'ils ont reprise avec beaucoup d'allant.

Pour revenir à la Saguenéenne, elle a abordé avec naturel des pièces aussi différentes que Crazy de Patsy Cline, Piece Of My Heart de Janis Joplin ou Ex's And Oh's d'El King qui, en passant, fut accueillie par des cris et des sifflets. Elle a aussi brillé en duo sur You Are So Beautiful, un voyage en montagnes russes habilement négocié.

D'autres reprises ont été appréciées, du Joe Dassin, du Ferland, ainsi que du Patrick Norman, et en guise de dessert, Audrey Gagnon a servi I Will Always Love You, de Whitney Houston. «C'est une chanson que je m'étais promis de ne jamais refaire, mais là, c'est notre version à nous deux», a-t-elle mentionné.

Bien contrôlée et néanmoins chargée d'émotion, cette interprétation fut la dernière puisque le vent, de plus en plus présent, était accompagné d'éclairs n'annonçant rien de bon. «Sauvez-vous», a d'ailleurs lancé la chanteuse d'un ton joyeux, à 21h20. Le moment était venu de retraiter, en effet, quitte à se tricoter un rappel dans sa tête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer