Des pièces dans une maison

Directrice générale et artistique du Théâtre CRI, Guylaine... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Directrice générale et artistique du Théâtre CRI, Guylaine Rivard a accepté de prêter sa maison à la compagnie qu'elle a fondée en 1997, de concert avec son conjoint Serge Fortin. On y présentera quatre pièces en l'espace d'un an.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Pendant un an, Guylaine Rivard et Serge Potvin seront rarement seuls dans leur maison de la rue Saint-Antoine, à Jonquière. Cofondateurs du Théâtre CRI, ils accueilleront quatre pièces qui seront mises en scène par quatre personnes différentes, un projet original que le public pourra découvrir à compter du 2 septembre.

Chaque oeuvre aura pour point de départ un fait divers et parfois deux. La première, qui sera mise en scène par Andrée-Anne Giguère, centrera son attention sur le thème de l'autisme. Suivront des productions signées Éric Chalifour (novembre), Vicky Côté (février) et Guylaine Rivard (juillet).

«Les pièces seront jouées dans notre maison, dont on exploitera des espaces différents à chaque fois. Il n'y aura que quatre représentations pendant lesquelles on ne pourra accueillir que 25 personnes. C'est un beau projet qu'on a mis en marche il y a deux ans», a souligné Guylaine Rivard au cours d'une entrevue accordée au Quotidien.

Directrice générale et artistique du Théâtre CRI, dont on célébrera le 20e anniversaire le 10 août 2017, elle réalise que les journées de répétition, ainsi que la tenue des spectacles, perturberont son quotidien pour la peine. «On va coucher quelquefois chez ma belle-mère», lance-t-elle en riant.

La récompense viendra des possibilités offertes par la maison construite en 1905. Comment exploitera-t-on le salon, la cuisine, la salle de bains et l'escalier? Connue pour sa propension à imposer des contraintes physiques aux comédiens, histoire de repousser les limites de l'expression théâtrale, la compagnie a trouvé un filon prometteur.

«Moi, je travaillerai dans la cuisine, alors que je mettrai en scène une fête d'enfants qui tourne mal, rapporte Guylaine Rivard. Andrée-Anne, elle, a hérité de la salle à manger et de l'escalier, tandis que Vicky, qui abordera le thème de l'isolement des aînés, se concentrera sur la cuisine. De son côté, Éric utilisera le salon.»

Les metteurs en scène auront aussi pour mandat de jouer. Trois ou quatre comédiens seront mobilisés à chaque occasion et déjà, on voit poindre les premières répétitions. Il faudra aussi procéder à la vente des billets, une procédure dont les modalités restent à déterminer (pour réserver, il suffira de téléphoner au numéro 418-542-1376).

Même si on ajoute l'ultime série de représentations offerte l'été prochain, une séquence pendant laquelle les quatre pièces se succéderont pendant quatre jours, le nombre de places sera si modeste qu'il faudra maximiser l'assistance chaque soir. «Nous devrons faire le nécessaire pour que ce soit plein», reconnaît Guylaine Rivard.

Un bel été pour le Cabaret À Tour d'Rôle

Le retour du Cabaret À Tour d'Rôle n'est pas passé inaperçu. Sans pouvoir livrer de chiffres précis à propos des assistances enregistrées cet été, l'une des membres du collectif à l'origine de ce spectacle, Guylaine Rivard, trace un bilan positif de l'édition 2016.

«Je suis très contente des résultats. Dès la première semaine, les gens ont été au rendez-vous et à part un ou deux soirs, ça s'est maintenu jusqu'à la fin», a mentionné la comédienne à l'occasion d'une entrevue accordée au Quotidien.

Tenu du 6 au 30 juillet, au Côté-Cour de Jonquière, le Cabaret À Tour d'Rôle a donné lieu à 16 représentations mettant en vedette Guylaine Rivard, Maud Côté, Patrick Simard et le musicien Michel Otis. Ils proposaient une vingtaine de numéros maillant le vaudeville, le cirque et la magie.

«Il y a eu plus de spectateurs qu'au cours des éditions précédentes et peut-être que le fait d'avoir pris une pause l'an dernier a aidé. Notre public est fidèle, mais nous avons aussi accueilli des nouveaux venus», constate Guylaine Rivard.

Il reste à voir si le Cabaret À Tour d'Rôle reprendra du service à l'été 2017, ce qui représenterait sa huitième saison. Ce qui est clair, cependant, c'est que la réponse du public ouvre toutes les options à l'équipe, y compris celle d'un retour. «On est encouragés par ça», confirme la comédienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer