Moment magique à Saint-Félix-d'Otis

La mezzo-soprano Renée Lapointe et la soprano Monique... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La mezzo-soprano Renée Lapointe et la soprano Monique Pagé n'ont pas failli sous les piqûres des moustiques, jeudi soir.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand des voix de qualité comme celles des chanteuses classiques Renée Lapointe et Monique Pagé s'unissent sous un coucher de soleil au bord de l'eau, ça ne peut que donner un moment magique. C'est le résultat qu'a obtenu la municipalité de Saint-Félix-d'Otis, jeudi soir, pour inaugurer son kiosque devant un public ravi d'environ 200 personnes.

Environ 200 personnes ont assisté au concert pour... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Environ 200 personnes ont assisté au concert pour inaugurer le nouveau kiosque de Saint-Félix-d'Otis, accessible par la route principale.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Plus de la moitié du riche programme de cette Soirée musicale sous les étoiles s'est en fait déroulé au crépuscule, mais le concert a été tout aussi charmant et brillant de talent.

Originaire du Saguenay, la mezzo-soprano Renée Lapointe a pris le temps d'aller saluer sa famille avant que le maire Pierre Deslauriers coupe le ruban. Le spectacle gratuit de près de deux heures était lancé.

La soprano Monique Pagé s'est montrée plus proche du public la première, n'hésitant pas à aller fouler le gazon pour faire courir ses doigts sur l'épaule du magistrat ou pour danser avec un connaisseur repéré dans la foule durant Mon coeur est un violon. Son amie de longue date l'a imitée plus tard, se promenant entre les chaises de camping et les bancs de parc sur les airs de Habanera, de l'opéra Carmen de Georges Bizet.

Impitoyables, les maringouins ont presque volé la vedette, mais ils n'ont pas réussi à gâcher le plaisir des spectateurs ni à déconcentrer les interprètes, somptueuses dans leur tenue de soirée rosée. Quand on fait un spectacle en plein air, il faut être prêt à toute éventualité, que ce soit un chien qui jappe ou un oiseau qui chante. On s'est aperçu que les bestioles étaient aussi épuisantes pour les femmes sur l'estrade quand elles ont pris une pause au milieu de la soirée pour s'enduire de chasse-moustiques. Pleine d'humour, Monique Pagé a même espéré à voix haute que les mouches lui «sacrent patience» ! Rien de comparable à l'anecdote que les chanteuses ont racontée, quand la soprano a avalé un moustique sur scène il y a une vingtaine d'années.

Le kiosque, que le maire veut vouer à d'autres spectacles occasionnels, des pique-niques conviviaux et des rencontres familiales, était l'endroit parfait pour démocratiser l'art lyrique. Accompagnées de la pianiste Renée Villemaire, les deux complices ont amené le public en voyage, de Vienne jusqu'au sommet d'une montagne en passant par Séville, avec les mélodies de Mozart, Puccini, Beethoveen, Offenbach ou Gershwin. Généreuses, elles ont dédié plusieurs numéros à la citoyenne Thérèse Fortin qui a facilité leur venue dans la région.

Superbes solistes, c'est toutefois en duo que les chanteuses étaient encore plus époustouflantes, comme avec Sound the trumpet de Purcell. Elles ont interprété des morceaux parfaits avec le lac Otis en arrière-plan, comme Au bord de l'eau de Fauré, et J'ai pour toi un lac et Si les bateaux de Gilles Vigneault. «Dans une si belle région où on aime passionnément la langue française, il fallait inclure avec un de nos plus grands poètes», a lancé Monique Pagé.

Le public n'a pas pu s'empêcher de fredonner ou de crier «Bravo!» à plusieurs reprises, recevant même un court rappel en échange d'une ovation debout.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer