Le rêve de Meggie a été menacé

Tout en poursuivant sa formation en danse, Meggie... (Photo courtoisie, Chantale Hamel)

Agrandir

Tout en poursuivant sa formation en danse, Meggie Cloutier-Hamel demeure active en tant que chanteuse. C'est ainsi que le 8 août, elle participera pour une troisième fois au Festival de la chanson de Saint-Ambroise.

Photo courtoisie, Chantale Hamel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Meggie Cloutier-Hamel a été confrontée à un défi imprévu l'automne dernier. Elle qui rêve de faire carrière en danse a appris, à l'occasion d'un camp de ballet, qu'une scoliose menaçait de contrecarrer ses plans. Sa colonne vertébrale était trop courbée pour supporter la pression exercée au fil des entraînements et des spectacles.

La nouvelle tombait mal, puisque l'adolescente originaire de Larouche venait d'être admise à l'École supérieure de ballet du Québec. Ses parents, Rémi Cloutier et Chantale Hamel, avaient même emménagé à Montréal dans le but de faciliter son adaptation.

Un traitement supervisé par l'hôpital Sainte-Justine a été proposé. On a offert à Meggie Cloutier-Hamel de porter un corset dorsal 20 heures par jour, et ce, pendant près d'un an. «Elle pouvait le retirer seulement pour danser», a précisé Chantale Hamel au cours d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

D'aucuns se seraient découragés, mais pas sa fille. Consciente de l'enjeu, elle a respecté scrupuleusement les consignes données par le personnel médical. Le corset est même devenu une sorte de compagnon, comme l'illustrent les signatures qui s'y sont accumulées, de même que son nom, Robert, donné par sa propriétaire.

«Sans ce traitement, Meggie n'aurait pas pu danser comme elle le fait. Or, on vient de lui annoncer que le problème était désormais maîtrisé. Elle n'a plus besoin de porter le corset pendant la journée. On lui demande de le faire seulement la nuit», révèle Chantale Hamel.

Cette bonne nouvelle a coïncidé avec la décision de l'école d'admettre sa fille pour une deuxième année. Le suspense était relativement faible, eu égard au titre que lui a conféré l'École supérieure de ballet au printemps. Sa directrice générale, Anick Bissonnette, lui a remis le prix «du meilleur accomplissement au niveau artistique».

«Un an après son arrivée à Montréal, Meggie est plus déterminée que jamais à compléter la formation qui fera d'elle une danseuse professionnelle. D'autres passions l'habitent, mais ça constitue sa priorité», fait remarquer Chantale Hamel.

Dans l'immédiat, cependant, c'est la chanson qui occupe ses pensées. Pour une troisième fois, en effet, l'adolescente participera au Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Inscrite dans la catégorie Interprètes 13-17 ans, elle se produira le 8 août.

Pour marquer son entrée dans une nouvelle catégorie, Meggie Cloutier-Hamel livrera des airs de Charles Trenet et de Francis Cabrel. «C'est pour montrer son côté théâtral, de même que sa sensibilité», explique la mère de la Larouchoise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer