Dumas: véritable bête de scène

Dumas est parvenu à transformer une partie de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Dumas est parvenu à transformer une partie de la Zone portuaire de Chicoutimi en piste de danse jeudi soir dans le cadre du Festival des bières du monde de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Transformer la Zone portuaire en immense piste de danse, sous un ciel gris. Le défi était de taille. Fidèle à sa réputation, Dumas l'a relevé de main de maître, jeudi soir. Il a d'abord dû user de persuasion, mais après quelques chansons, il a atteint son objectif; il a fait danser la foule composée de gens de tous les âges comme si elle se trouvait sur un plancher de danse. 

Dumas est apparu tout de noir vêtu sur la scène aménagée à proximité de la fontaine aux bélugas peu après 20h30 dans le cadre du Festival des bières du monde de Saguenay. Quelque 500 personnes se sont massées devant lui.

«On me dit qu'il va y avoir un orage. Moi, je fais confiance à l'aura des gens de Chicoutimi», a-t-il affirmé en début de prestation.

Il a rapidement invité le public à taper des mains sur Ne me dis pas.

La foule était timide. «On donne des jetons à ceux qui dansent et qui chantent le plus fort. ''Let's go'', a-t-il lancé après quelques chansons. On a le rêve de créer la plus grande piste de danse de l'histoire du Festival des bières du monde», a-t-il ajouté.

Son message a été entendu. Plus la lumière du jour diminuait, plus le public se laissait entraîner dans l'univers de l'artiste. Rapidement, une portion de la Zone portuaire a véritablement pris des airs de piste de danse.

On sent que l'auteur-compositeur-interprète aime échanger avec son public. Quand ce dernier se manifeste, Dumas ne manque pas de le remercier à la fin de chaque chanson.

«Si on calculait le nombre de personnes ici au Vieux-Port par rapport à la population, c'est comme si on jouait dans un stade olympique», a-t-il affirmé.

Avec la version remixée de son spectacle, Dumas a la recette parfaite pour faire danser les foules. Encore une fois, il a prouvé qu'il est aussi à l'aise en plein air que dans une petite salle. L'artiste s'amuse véritablement sur scène, avec son public et avec ses deux musiciens.

Ensemble, ils ont notamment offert Alors alors, Au gré des saisons, Linoléum et Une journée parfaite, pièces sur laquelle le public ne s'est pas fait prier pour danser.

À plusieurs reprises, les pièces énergiques se sont fondu les unes aux autres.

Le trio interprétait Le bonheur quand les premières gouttes de pluie sont tombées, sans gâcher le plaisir du public.

Dumas aime faire de ses spectacles des événements spéciaux. C'est ainsi qu'il s'est retrouvé au beau milieu de la foule, avec sa guitare acoustique, pour chanter un mélange de Miss Ecstasy et une version française de Dancing With Myself de Billy Idol.

«Toutes les filles que j'ai aimées, se demandent encore pourquoi t'es restée», a-t-il chanté à maintes reprises. Les spectateurs, eux, ne semblaient pas du tout se demander pourquoi ils étaient toujours là, autour de lui, à chanter en coeur. Ils ont attendu que Dumas remonte sur scène pour une dernière pièce. C'est là que la pluie s'est mise à tomber. Comme si l'artiste avait eu raison de croire en «l'aura des gens de Chicoutimi». Le public, lui, est reparti convaincu d'avoir eu raison de faire confiance à l'aura de Dumas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer