L'univers déjanté de Philippe Brach

Philippe Brach... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Philippe Brach

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le temps d'une soirée, l'auteur-compositeur-interprète originaire de la région, Philippe Brach, a transporté la foule de Saguenay dans son univers déjanté, alors qu'il foulait les planches du festival Jonquière en Musique, vendredi.

Vêtu d'un kimono, sans chaussures, le chanteur a fait son entrée en scène en portant un masque d'un oeil qui lui recouvrait tout le visage. Une bonne introduction pour un spectacle où s'entremêlait la musique et les blagues de l'artiste.

Pour une fois, aucune menace de pluie n'a plané sur la soirée que proposait Jonquière en Musique, et quelque 1500 personnes se sont rassemblées pour écouter le spectacle.

« Vous êtes une belle gang de défoncés venus voir une autre gang de défoncés », a d'ailleurs lancé Philippe Brach en guise d'introduction. Le public rassemblé au parc de la Rivières-aux-Sables a répondu à grands éclats de rire et de cris de joie.

Dès les premières notes de la chanson Ton silence m'aspire, la foule a commencé à hocher de la tête et à se balancer au rythme de la musique.

Il a fallu attendre la fin de la deuxième chanson pour que le musicien s'adresse un peu plus à son public, pour le plus grand bonheur de celui-ci. « Je suis content d'être ici ! Ça fait longtemps que je ne suis pas venu ! On a un gros programme ce soir, on va parler de plein de choses, comme de ce que certaines personnes sont devenues. Par exemple, qu'est-ce qu'est devenue la fille qui chantait le jingle des lunettes New Look ? », a-t-il raconté, une cannette de bière à la main.

Le gagnant du prix Révélation de l'année 2015, de l'ADISQ, a mélangé les pièces de son plus récent album, Portrait de famine, aux classiques de son premier opus. « On a fait les trois tounes qu'on connaît le plus du dernier disque, alors on va aller piger dans le vieux stock ! », a lancé Philippe Brach à la blague.

Les chansons plus énergiques (Dans ma tête, Race-Pape) étaient suivies de rythmes plus calmes, comme Le matin des raisons ou encore Monsieur le psy. Ceux qui connaissaient les paroles se faisaient un plaisir de les chanter avec l'artiste, et chaque chanson était acclamée par des cris.

Par ailleurs, les jeunes adultes, les jeunes familles et les quelques têtes plus grises qui composaient le public n'ont pas hésité à participer au spectacle. Pour laisser le temps aux musiciens d'accorder leurs instruments, Philippe Brach a chanté une chanson a capella. En claquant des doigts pour marquer le rythme, le chanteur a performé Bonne journée, et les spectateurs se sont pressés de l'accompagner, en tapant des mains ou du pied.

Philippe Brach n'en a pas terminé avec les spectacles, puisqu'il prendra d'assaut la ville de Québec samedi soir, dans le cadre du Festival d'été. Sa tournée se poursuivra tout le reste de l'année, un peu partout au Québec. Il devrait d'ailleurs revenir dans la région, cette fois à Roberval, à la fin juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer